Pâques : un concentré de chocolat qui n’explose pas

|

Le marché du chocolat, dynamique en valeur, stagne en volume. A Pâques, les moulages et confiseries, stars des ventes, ne décollent pas.

Les moulages et les confiseries de chocolat pèsent 72% des ventes de produits de Pâques en volume.
Les moulages et les confiseries de chocolat pèsent 72% des ventes de produits de Pâques en volume.© PIU'LUCE

Le secteur du chocolat reste dynamique avec en 2016 une croissance valeur de 2,1% à 3,2 milliards d’euros. Mais baisse en volume de 0,9% à 381 900 tonnes. La catégorie des tablettes (33% des volumes), segment le plus dynamique avec une croissance volume de 21 % entre 2015 et 2016 et en moyenne 172 références en GMS, est suivi par la confiserie de chocolat (27% des volumes) avec 80 références en moyenne, et les pâtes à tartiner (19%). Avec une consommation moyenne en France de 6,95 kg par an et par habitant, ce qui le place au 7ème rang des pays consommateurs en Europe. Et une propension à consommer plus de chocolat noir (plus de 30% de la consommation adulte contre 5% pour le reste de l’Europe. "Le chocolat est un marché stable mais qui continue à valoriser", souligne Patrick Poirrier, président du Syndicat national du chocolat qui souligne aussi une croissance des exportations de 30% sur les dix dernières années grâce à la très forte appétence étrangère pour la qualité du chocolat français.

Surprendre le consommateur

Le marché de Pâques est en repli en 2016 de - 1,2% en volume à près de 15000 tonnes, soit 4% des ventes annuelles, réalisées sur 5 semaines dont la moitié sont concentrés sur la semaine de Pâques. Une météo peu favorable et des dates de vacances scolaires mal placées suffisent donc à expliquer les chiffres médiocres de l'an dernier. Les moulages et confiseries de chocolat représentent 72% des volumes achetés pour l’occasion. Avec une valorisation qui s’accentue d’année en année. "C’est un marché d’offres familiale, explique Patrick Poirrier. On va chercher à surprendre le consommateur français".  Avec cette année des moulages modernisés qui s’inspirent chez Cémoi de la tendance des figurines «art toys» et de l’univers des emojis. Ou en offrant des expériences à l’instar de Ferrero avec une chasse aux œufs, façon Pokemon Go, qui permet, grâce à une application, d’aller récupérer des objets connectés partoFrance, mais cette fois bien réels.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA