Paris: comment s'effectue le partage du territoire entre Franprix et Monoprix

|

Le site Data Publica est l'auteur d'une étude liée à la répartition territoriale de trois grandes enseignes à Paris : Franprix, Monoprix et Picard.

Notre Dame de Paris
Notre Dame de Paris© Bernard Martinez

Le roi de Paris ? Casino bien sûr, et ce d’autant plus maintenant que Monoprix a été gobé à 100%. Pas question, pour l’heure, de revenir sur le problème d’une éventuelle trop grande concentration des pouvoirs, autrefois soulevée par l’Autorité de la concurrence - gageons que la polémique refera surface d’ici peu.

Ce qui nous occupe ici est ce travail de fourmi, mené par le site Data Publica. Le site Internet de données publiques a produit une étude liée à la répartition territoriale de trois grandes enseignes à Paris : Franprix, Monoprix et Picard. Le constat de départ ? « Toutes les enseignes n’ont pas la même clientèle cible ». Paris étant une ville aux « grandes disparités de revenus, avec des variations qui vont du simple au double en termes de salaire horaire moyen entre les 16ème et 18ème arrondissement », ainsi que le pointe l’Insee, l’idée était donc de vérifier si les implantations de ces magasins, dans Paris, reflétaient ces divergences.

Et la réponse est… oui. Le partage du territoire parisien entre Franprix et Monoprix est ainsi très parlant. Monoprix, comme la logique le suggère, est bel et bien présent davantage dans les quartiers riches (4ème, 6ème, 7ème, 8ème), quand Franprix s’implante prioritairement dans les arrondissements à revenu moyen « intermédiaire » (12ème, 13ème) ou « relativement faible » (18ème, 19ème, 20ème) : « Ainsi, relève l’Insee, dans tous ces arrondissements on compte systématiquement au moins quatre fois plus de magasins Franprix que Monoprix. »

 

Nombre de magasins Monoprix pour 10.000 habitants par arrondissement à Paris

 

Nombre de magasins Franprix pour 10.000 habitants par arrondissement

 

On retrouve les mêmes divergences géographiques si l’on se penche sur les magasins Picard et sur les discounters. Le premier s’aventure ainsi beaucoup moins dans les quartiers nord et dans l’est parisien, tandis que les seconds, à l’inverse, sont quais absents du riche ouest parisien : « On compte un magasin hard-discount pour 11.000 personnes dans ces 5 arrondissements : 10ème, 11ème, 18ème, 19ème et 20ème, analyse l’Insee. Contre seulement 1 pour 33.000 personnes dans les 16ème et 8ème premiers arrondissements de la capitale.

La densité des hard-discounts dans les 20 arrondissements parisiens

 

Picard prévilégient les quartiers huppés

Consultez cette carte dynamique où l'on s'aperçoit que les magasins Picard sont également concentrés dans les arrondissements les plus riches.


Sources : Localisation des magasins : sites des différentes enseignes. Population : INSEE. Revenus : INSEE. Immobilier : chambre des notaires de Paris. Parts de marché : Autorité de la concurrence.

Mise en forme des graphiques et des cartes : Data Publica

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations