Paris Retail Week : quand le commerce cherche à renouer avec l’humain

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La troisième édition de Paris Retail Week ouvrira ses portes demain jusqu’au 21 septembre, à Paris expo Porte de Versailles. Le fil rouge est le Live Retail, où comment l’humain revient au coeur du commerce. En revanche, le digital reste plus que jamais présent, s'imposant sur toutes les activités métiers de la distribution.

Capter la clientèle des Millenials, ultra-connectée, est un enjeu clé pour toutes les enseignes.
Capter la clientèle des Millenials, ultra-connectée, est un enjeu clé pour toutes les enseignes.© Antonioguillem - Fotolia

Le cru 2017 du salon Paris Retail Week réunit cette année le salon e-commerce et Digital-in-Store dans le nouveau pavillon 7.3 du Parc des expositions de Paris Porte de Versailles. Les stands s’organisent en 7 univers : marketing, data et relations clients ;  paiement ; logistique, e-logistique et supply chain ; IT for commerce ; agences conseil ; digital-in-store ; start-up. L’ensemble est fédéré sous le terme de Live Retail, où l’humain prend une place plus importante, avec avant tout la volonté de faire vivre une expérience différenciante aux clients. Le but ultime étant de les fidéliser à l’enseigne.

L’étude Shopper Observer dévoilée par Havas pour l'événement souligne d’ailleurs cette nouvelle approche des consommateurs. Ainsi, 85% des Français apprécient que les vendeurs soient passionnés par ce qu'ils vendent. Autre chiffre : 60% des Français de 18-24 ans ont envie de magasins où ils peuvent faire autre chose qu’acheter.

Après le Retail's Big Show, Paris Retail Week mise aussi sur le vendeur ultra-connecté

Cette remontée de l’humain était déjà une tendance forte du salon américain Retail’s Big Show (Lire notre dossier compte-rendu : Du retail et des hommes). In fine, le digital a disparu aux yeux des clients pour revenir dans les mains des équipes magasins. Lors du salon Paris Retail Week, les visiteurs pourront découvrir de nombreuses solutions pour aider le vendeur à gérer une vente de A à Z. Cela suppose de disposer et surtout de faire communiquer entre eux le CRM, le niveau des stocks avec une vision en temps réel, des solutions pour commander des produits non disponibles immédiatement, tout en précisant d’ores et déjà les délais de livraison et en proposant des moyens de paiement divers.

En revanche, contrairement au salon New-Yorkais, sur Paris, le digital ne disparaît pas totalement des magasins, et quelques équipements jouent l’effet “whaou”. Sans être exhaustif, on peut citer le robot borne d’accueil Hease, les lunettes Hololens de Microsoft pour une expérience de réalité augmentée, ou encore des écrans 2D LED de Kendu qui utilisent du textile pour donner du mouvement à l’animation.

Et côté e-commerce, les attentes portent encore et toujours sur la data, mais également sur le paiement ou la logistique. Sur ce dernier point par exemple, les e-commerçants cherchent à réduire les délais pour atteindre une livraison le jour même. La conférence de la Fevad, qui  donne d’ailleurs le coup d’envoi du salon, devrait confirmer cette course à la livraison tout comme démontrer une nouvelle fois l’attrait des consommateurs pour les achats en ligne.

 

Infographie de l’étude Observer Shopper d’Havas :

 

 

1 commentaire

Dortu

20/09/2017 23h53 - Dortu

Malgré ts ces efforts digitaux pr améliorer l'accueil, est-ce qu'on se sent mieux accueilli qu'avant ds les PDV ? Désolée, mais je n'en ai pas l'impression.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA