Parkings à vélos : le rétropédalage de Ségolène Royal

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

En 2016, elle voulait forcer les distributeurs à transformer leurs parkings en parkings… à vélos. En 2017, un arrêté modificatif qui vient d’être publié imposera finalement un ratio raisonnable entre les voitures et les bicyclettes. Un rétropédalage salutaire de la part de Ségolène Royal.

La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a revu ses ambitions à la baisse.
La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a revu ses ambitions à la baisse. © Photo D. R.

En septembre dernier, LSA révélait un projet de loi assez «abracadabrantesque». Après la loi Alur (limitant la taille des parkings à 75% de la ­surface de vente contre 150% auparavant) et la loi biodiversité (imposant des dispositifs végétalisés sur les toits et parkings), Ségolène Royal avait imaginé l’arrêté et le décret du 13 juillet 2016 relatifs à l’application des articles R. 111-14-2 à R. 111-14-8 du code de la construction et de l’habitation. On y découvrait que les futurs magasins seraient dans l’obligation de doter leurs parkings d’un «espace pour accueillir un nombre de places de vélo correspondant à 10% de l’effectif de la clientèle et des salariés accueillis simultanément». Dit autrement, pour une surface de 20 000 m² (un hyper et son mall), 1 300 places de parking auraient été à prévoir pour les vélos, soit quelque 1 000 m².

Retour à la raison

Fort heureusement, la raison va l’emporter. Un arrêté du 3 février 2017 modifie l’arrêté du 13 juillet 2016. Concrètement, pour les magasins disposant de 40 à 400 places de parking, "l’espace destiné au stationnement des vélos est dimensionné pour accueillir un nombre de places de vélos correspondant à 5 % de la capacité du parc de stationnement avec un minimum de 10 places". Pour les site de plus de 400 places de parking, "l’espace destiné au stationnement des vélos est dimensionné pour accueillir un nombre de places de vélos correspondant à 2 % de la capacité du parc de stationnement avec un minimum de 20 places et avec une limitation de l’objectif réglementaire fixée à 50 places.»  Autant dire, que les professionnels, après beaucoup de débats, se réjouissent de ce retour à la raison et donc de se rétropédalage de Ségolène Royal. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA