Parlez-vous start-up ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Amorçage, pitch, Demo Day, incubateur, accélérateur... Pour bien comprendre l'univers des start-up, encore faut-il en maîtriser le vocabulaire. Petit lexique.

Start-Up
Start-Up © peshkova - Fotolia

Vous n’êtes pas encore rodé à la culture startup. Vous n’avez pas encore suivi une formation spécifique dans un incubateur, un fonds ou une école (il y en a de plus en plus). LSA vous propose un petit guide de survie dans le monde des jeunes pousses avec les 10 termes qu’il faut absolument connaître pour ne pas paraître totalement largué parmi ces jeunes surdoués du Web, du Machine Learning (machine apprenante) et de l’IA (intelligence artificielle). Notre pitch ? Un premier POC dans le vocable très riche des startupers.

Amorçage/business angel/love money
Dans la vie, parrains et amis sont toujours d’un précieux secours. Dans celle des entreprises aussi. Pour monter la sienne, il faut passer par une phase d’amorçage avant de dégager un quelconque chiffre d’affaires, et s’appuyer sur des business angels et/ou de la love money provenant de la family ou des friends. Une phase incontournable avant d’attirer des fonds de capital-risque. L’an dernier, 5 000 investisseurs individuels ont financé plus de 300 start-up à hauteur de 40 millions d’euros. Parmi les plus célèbres, le trio infatigable Niel-Simoncini-Grangeon ou encore Jeremie Berrebi.

Pitch
Essentiel. Il ne s’agit pas de débiter un discours en quinze minutes comme on le ferait pour un pack de lessive, mais bien de convaincre les investisseurs d’y aller. Un mauvais pitch peut enterrer définitivement un dossier. À ce stade, le taux de chute serait de 70%. D’où des cours pour apprendre à « pitcher ».

Levée de fonds
Si le montant est variable – tout le monde n’a pas besoin de 13 millions d’euros comme Emmanuel Macron pour sa campagne –, la levée s’avère indispensable pour se lancer. Indispensable aussi, le business plan et le POC (voir ci-dessous), comme autant de garanties.

POC
Dans un univers où la concurrence n’est pas tendre, plus on a de garde-fous… plus on a de chances de passer le cap. La « preuve de concept » (proof of concept in English) permet de valider la faisabilité d’une idée. Une enseigne peut par exemple tester un nouveau produit pendant deux mois.

Minimum Viable Product
MVP, en langage start-up, cela donne Minimum Viable Product (en français « produit minimal viable » et, en clair, la version initiale d’un nouveau produit, un prototype). Celui-ci a une réelle importance : il permet de valider une idée, vérifier une intuition, au-delà des questionnaires marketing de base.

Demo Day
C’est le D-Day, autrement dit le jour J, celui où une quinzaine de prétendants au titre (et aux investissements) de start-up font leur déroulé – pardon, leur pitch – pour tenter d’emporter la mise devant un parterre de business angels et de fonds d’investissement.

Incubateur / Accélérateur
Pour faire germer les bonnes idées, rien de tel que des conseils (via un incubateur) et un lieu physique (l’accélérateur) pendant toute la phase d’expérimentation. Ces pépinières de jeunes pousses se multiplient dans Paris. Le prochain incubateur, Station F, ouvre le 3 juillet à la Halle Freyssinet, à Paris. La couveuse accueillera sur 34 000 m² plus de 1 000 jeunes entrepreneurs. Financée par l’un des parrains les plus influents de la place, Xavier Niel, elle se revendique comme le « plus gros incubateur de start-up au monde ».

Roll out
Étendre, déployer ou dérouler au sens littéral, implémenter dans le jargon de la distribution. En clair, passer au stade supérieur du lancement, à la phase concrète de développement sur le terrain. Cela revient à généraliser un produit, un concept. Autant dire qu’à ce stade-là, le start-upper peut se sentir soulagé, le plus dur est passé.

Enablers/Disrupters
Les premiers proposent des solutions clés en main aux entreprises classiques désireuses de se digitaliser à grande vitesse. Les seconds imposent des idées en rupture avec les sites existants. C’est le cas du site de vêtements féminins lancé par Morgane Sézalory, Sézane. Un succès pour une marque totalement inconnue, dans un secteur en crise, et sans magasins.

Licornes
Certains prédisent leur disparition. D’ici là, le mot est utilisé pour désigner les start-up valorisées à 1 milliard d’euros. Le terme a même fait des petits : on emploie « décacornes » pour les entreprises à plus de 10 milliards d’euros. Autrement dit, des licornes qui en valent dix. Forbes recensait 140 licornes dans le monde en 2015.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2463

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA