Parts de marché alimentaires : la fin d’année difficile de Leclerc

|

LSA s’est procuré le rapport complet des parts de marché des enseignes alimentaires à fin novembre 2014, réalisé par Kantar. Les détails des principaux chiffres et évolutions par enseignes et le point sur l’inversion de tendance qui se dessine entre Carrefour, en hausse, et Leclerc qui stagne, voire commence à baisser.

Malgré la création de drives et de nouveaux mètres carrés qui se poursuit, Leclerc ne génère plus de croissance des parts de marché en PGC depuis septembre 2014
Malgré la création de drives et de nouveaux mètres carrés qui se poursuit, Leclerc ne génère plus de croissance des parts de marché en PGC depuis septembre 2014© dr

Focalisés sur la guerre des prix – ou plutôt la guerre des indices de prix serait-t-on tenté de dire – peu d’observateurs ont relevé cette tendance qui pourtant saute aux yeux. Depuis trois périodes consécutives, c’est-à-dire début septembre, la part de marché des centres E. Leclerc relevée par le panel de consommateurs Kantar - qui fait, malgré les critiques (souvent des perdants), un peu figure de juge de paix dans le secteur - stagne.

Certes, c’est une stagnation « statistique », car les évolutions de parts de marché relevées sur ces trois périodes de 2014 par rapport aux mêmes périodes de 2013 sont considérées comme insuffisantes pour être statistiquement pertinentes. Il n’empêche. Quand Leclerc gagnait entre 0,3 et 0,8 point de parts de marché selon les périodes en début d’année, enchainant - et ne manquant pas de le relever - plus de 60 périodes consécutives de hausse de part de marché (respect !) voilà l’enseigne qui oscille depuis septembre entre -0,1 et +0,1 point de croissance. Sur la p 10 et la p12, la dernière période de 4 semaines relevée par Kantar qui s’achevait le 30 novembre 2014, l’enseigne recule même de 0,1 point (voir tableau). 

Graphique 1 : Evolution des parts de marché de Leclerc en 2014

 

Mauvaise passe pour Leclerc ?

Un « trou d’air » que certains concurrents ne manquent pas de relever. « Cette stagna-baisse, ironise le patron d’une enseigne rivale, se fait en plus alors que Leclerc continue de créer beaucoup de nouveaux mètres carrés et qu’il inaugure toujours beaucoup de nouveaux drive. » Et d’ajouter qu’à magasins constant, drive compris : « les chiffres d’affaires doivent être en retrait, parfois même sensible ». Plus largement cet autre concurrent pointe les difficultés de Leclerc à sortir « du seul discours des prix bas à tout prix dans lequel Casino, avec sa baisse de prix massive sur Géant, et Carrefour l’ont en quelque sorte enfermé ».

En attendant, deux distributeurs semblent profiter particulièrement de cette « pause », Carrefour qui regagne des parts de marché (+ 0,3 point sur la p12) et Intermarché en hausse de 0,4 point sur cette dernière période (voir le graphique ci-après). De quoi augurer de débats très tendus et surtout… chiffrés dans les box de négociations lorsqu’il s’agira d’aborder les perspectives de croissance des différentes enseignes en 2015. Surtout que les alliances de Casino avec Intermarché, Auchan avec U et Carrefour avec Dia, ont chassé Leclerc du podium théorique des achats des produits de grandes marques. Ça promet.

 

Graphique 2 : Parts de marché en novembre 2014

 

 

 

 

Graphique 3 : Parts de marché sur les 11 premiers mois de 2014

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter