Parts de marché: Carrefour peut dire merci à Market… et Leclerc à ses clients

|

Le groupe Carrefour reste le leader du marché, avec 20,5% de part de marché en mars, selon les informations mensuelles du panéliste Kantar Worldpanel.

Le groupe Carrefour toujours leader, mais Leclerc reste en embuscade juste derrière.
Le groupe Carrefour toujours leader, mais Leclerc reste en embuscade juste derrière.© © MATHIEU Geoffroy

Avec les communiqués mensuels de Kantar Worldpanel, concernant les parts de marché des enseignes, il faut savoir lire entre les lignes. Ainsi, lire « la bannière Carrefour Market permet au groupe Carrefour de stabiliser sa part de marché à 20,5% » revient à comprendre, en creux, que les hypermarchés Carrefour s’affichent en recul.

Les hypers Carrefour en retrait

Un recul plus ou moins sévère d’ailleurs puisque l’enseigne Market, elle, gagne 0,2 point en mars, à 7,8%. Et comme les enseignes dites de proximité sont elles aussi annoncées en hausse (+0,3 point à 6%), et que l’on n’imagine pas une seconde que la proximité de Carrefour (City, Contact, etc.) puisse ne pas suivre le mouvement… cela signifie donc que les hypermarchés Carrefour, eux, doivent reculer.

Pour autant, avec 20,5% de part de marché en tout, le groupe Carrefour reste un solide leader. Stable sur le mois de mars, mais leader. D’autant que Leclerc, son plus sérieux concurrent, est « stable » lui aussi. Il s’agit, souligne Kantar Worldpanel, de la deuxième période consécutive de stabilité pour Leclerc. Mais une stabilité qu’on qualifiera de « positive » si l’on veut. En effet, explique le communiqué de Kantar Wordlpanel, « il faut souligner le comportement positif des clients E.Leclerc : nombre de clients plus élevé et un niveau de fréquence d’achat à la hausse. »

Lidl s'en sort

Intermarché (14% pour le groupe), Système U (11%) et Delhaize (3%) sont eux aussi stables en mars. Casino, de son côté, échappe à cette règle et semble profiter des progressions de Franprix (1.8% de part de marché) et de Géant (2,5%). Ce qui signifie, en clair, que les intenses baisses de prix engagées depuis plusieurs mois maintenant portent leurs fruits.

Et puisqu’évidemment il faut bien que les progressions des uns se soldent par les reculs des autres, il faut chercher les perdants du côté des enseignes du hard-discount. Et ce le jour même où l’on reparle d’une vente maintenant plus que probable de Dia en France… Chez les discounters, seul Lidl s’en sort visiblement : +0,2 point, à 4,8%. Mais peut-on encore parler de discounter quand on fait de la pub télé et que l’on a revu complètement son modèle commercial ? Sans doute pas. Mais tant que les clients suivent, c’est finalement bien le principal.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message