Pas de marges honteuses sur la viande

|

Les comités Théodule missionnés au fil des ans sur la formation des prix ont ceci de constant qu'ils sont sensés trouver des dysfonctionnements et qu'ils n'y parviennent jamais. Le rapport préliminaire sur les prix et les marges dans la filière viande bovine, que vient de remettre l'économiste Philippe Chalmin au ministre de l'Agriculture, Bruno Lemaire, n'y déroge pas. « Depuis dix ans, les producteurs n'ont pas pu répercuter l'évolution de leurs coûts de production, mais il n'y a pas eu d'augmentation des profits au stade de l'industrie et de la distribution. Certaines enseignes disent même qu'elles se passeraient volontiers du rayon viande », a indiqué Philippe Chalmin. Et de détailler cette quête du Graal qu'est l'analyse du prix.

Tout dépend de la bête, du morceau, de la vente au rayon traditionnel ou en UVCI... Il a même dû inventer une « vache moyenne », débarrassée de 35 % de son poids pour parvenir à des comparaisons entre le bifteck en rayon et celui au stade de la carcasse. Au final, le prix de la viande a bel et bien augmenté, mais c'est en raison des nouvelles règles sanitaires et environnementales, des 35 heures ou des prix de l'énergie. Et on n'y avait pas pensé...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2164

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous