Pascal Payraudeau adhérent E.Leclerc à roques-sur-garonne (haute-garonne ) : l'homme de la révolution du drive

Fils d'un pionnier du mouvement E. Leclerc, l'adhérent toulousain de 52 ans s'est fait un nom en devenant l'élément déclencheur du développement des drives en France.

Partager

« A partir du moment où j'ai démontré que le drive marchait, ça a été une explosion », se souvient Pascal Payraudeau. C'était en 2010. Depuis, près de 500 drives E.Leclerc ont ouvert en France, 2 200 avec ses concurrents sans compter les drives piétons. Ce bon vivant en est si fier que même le poisson de son déjeuner, pour compenser les excès de la veille et ceux du lendemain, ne gâche pas son plaisir. Lui, le « fils de », a gagné sa place au panthéon de la distribution, et, plus encore, du mouvement E. Leclerc. Pascal Payraudeau n'est pas seulement né dans la grande distribution. Son père, Michel, fait partie de ses inventeurs aux côtés d'Édouard Leclerc. Ce fils d'agriculteur arrête l'école à 14 ans, puis devient ouvrier à Nantes, prend un deuxième job. Michel Payraudeau économise vite de quoi se payer une épicerie de 46 m2, puis s'associe avec André Jaud, son beau-frère. Quand il entend parler de Leclerc, il saute dans sa voiture pour le rencontrer. En 1968, Michel Payraudeau est l'un des premiers à pendre cette enseigne à l'entrée de son hyper.

Goût de la bagarre

De sa jeunesse dans le Nantes des années 60 et 70, Pascal Payraudeau se souvient d'un père qui travaillait « beaucoup » et de ses heures passées sur le tatami. Pas bien grand, large d'épaules, il a le goût de la bagarre : ceinture noire de judo à 16 ans, plusieurs fois au Championnat de France. Cette passion du sport le pousse à demander le 3e RIMA pour son service militaire, une unité commando de la Marine.

Une fois diplômé de l'école de commerce de Nantes, en 1982, il réalise un rêve en partant aux États-Unis. À Tampa (Floride), il s'initie aux méthodes américaines dans un cash et carry, rencontre Monica, la mère de ses trois enfants... « J'y aurais bien fait ma vie », assure-t-il. Mais au bout de deux ans, un drame bouleverse tout. Un hold-up a mal tourné dans le plus petit des trois magasins de son père, le directeur et un cadre ont été tués. On compte sur le retour du fils prodigue pour remonter le moral des troupes.

De 1984 à 1987, Pascal Payraudeau assure la tenue de ce 1 000 m2. Cela lui plaît tant qu'il postule pour devenir adhérent. En 1991, son cousin Rémy Nauleau, à Toulouse, lui propose de reprendre un magasin qu'il gère en plus de son hyper. Pascal Payraudeau accepte. Pas de gaieté de coeur... « Une véritable poubelle ! Nous n'étions pas propriétaires, il était au milieu d'une zone de magasins d'usine. Une saucisse de 250 mètres de long sur 40 de large. » Il décide de tout raser en 1995. Huit mois de travaux et 100 millions de francs plus tard, l'inauguration a lieu en octobre. Le début du cauchemar. « Les études donnaient 650 millions de francs la première année. On a fait 510 millions. » À trois kilomètres, le plus grand Carrefour de France n'a pas chômé pendant la fermeture, alors que la moitié de la galerie commerciale n'a pas trouvé preneurs. Très vite, une quarantaine d'employés sur 350 sont licenciés. Pascal Payraudeau est sur le pont six jours sur sept, surveille les dépenses, etc.

Surtout, il doit assumer son héritage. « Son père a eu une réussite extraordinaire, un pionnier qui a fini avec deux hypers. Son oncle André Jaud est numéro deux du réseau, Rémy Nauleau, un cousin... Que des très grands ! Vous imaginez s'il avait échoué là où toute la famille a réussi ? », analyse Jean-Pierre Gontier, ami et adhérent à Orléans. D'autant plus que les trois hommes sont garants de ses emprunts bancaires...

Le calvaire dure cinq ans. Petit à petit, l'hyper trouve sa clientèle, la galerie des locataires, l'application de la méthode Leclerc fait le reste. En 2008, la galerie commerciale double de taille. Avec le temps, le centre E. Leclerc de Roques est devenu l'un des plus gros du réseau, avec 140 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013 sur 14 000 m2.

Pascal Payraudeau est déjà un « baron », le drive le fera entrer dans une autre dimension. Après un test en 2000, qui échoue, il ouvre son premier vrai drive en octobre 2007, accolé au magasin. « Au début, on faisait tout au crayon et au papier. Puis, il y a eu l'informatique. Le secret, c'est notre filiale Infomil : 250 ingénieurs qui créent des logiciels pour nous, et pas des professeurs Nimbus qui phosphorent. » Le chiffre d'affaires atteint 4,5 millions d'euros dès la première année.

Partageur d'infos

Le concept intéresse Michel-Édouard Leclerc, d'autres adhérents viennent voir. « Pascal a monté l'outil tout seul, reconnaît Jean-Pierre Gontier. Depuis des années, je me demandais comment apporter modernité et praticité dans l'alimentaire. Quand je suis allé le voir, j'ai compris qu'il avait trouvé. » Pascal Payraudeau partage alors tous ses chiffres avec les adhérents. « Il a beaucoup partagé, développé la R et D autour du concept, confirme Michel-Édouard Leclerc. Très vite, il a négocié des lignes de crédit au Galec pour le drive. » Dès 2010, l'effet boule de neige est spectaculaire. « S'il y a des drives en France, c'est bien grâce à lui », témoigne un consultant.

À 52 ans, Pascal Payraudeau n'a plus grand-chose à prouver. Pas rancunier, il a parrainé 27 nouveaux adhérents depuis ses débuts difficiles. Dernièrement, il a ouvert son quatrième drive en face de l'hyper Carrefour qui lui avait causé tant de tort. « Je crois qu'il n'a pas connu de hausse des ventes depuis bien quinze ans... », s'amuse-t-il en sirotant un verre de bon vin, sa deuxième passion... après la castagne.

Un amateur de vin passé « pro »

« Mon père était déjà un connaisseur, c'est sans doute de lui que ça me vient. » Avant d'être le « M. Drive » de Leclerc, Pascal Payraudeau a longtemps été le « M. Vin ». En tant que responsable national, il achète pour le groupe des grands crus en primeur en 1997. À force de fréquenter des pros, son hobby devient une passion. En 2002, il acquiert avec cinq amis 10 hectares de vignes près de Perpignan, qui produisent aujourd'hui près de 50 000 bouteilles par an. En 2008, il se paie une « danseuse » : une magnifique cave percée dans le sol du rayon vins de son hyper, prise sur le parking, avec ascenseur privatif. Romanée-Conti à 15 000 € la bouteille, Petrus, Dom Pérignon... Elle expose 18 000 grands crus, et en stocke 70 000 de plus.

EN DATES

  • 1982 Part aux États-Unis, en Floride. Rencontre sa future femme.
  • 1984 Un hold-up dans un magasin de son père fait deux morts, dont le directeur. Il rentre en France pour le remplacer.
  • 1995 Il inaugure son centre E. Leclerc de Roques-sur-Garonne (31). Les débuts sont très difficiles.
  • 2008 Son hyper est l'un des plus grands et prospères du réseau. La galerie commerciale passe de 60 à 120 emplacements.
  • 2010 Trois ans après avoir ouvert le premier drive Leclerc, il convainc le groupement de son efficacité. Aujourd'hui, Leclerc Drive est leader sur le marché et compte près de 500 points de vente.

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

B&M

Directeur de Magasin H/F - France entière

B&M - 10/10/2022 - Franchise - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

RAPID COUTURE

RAPID COUTURE

Réparez, Ajustez, Transformez

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS