Passe d’armes autour de la taxe carbone

|

Alors que Michel Rocard, président de la Conférence des experts sur la contribution climat-énergie, alias « taxe carbone », doit communiquer le 9 juillet ses conclusions au ministre de l’Economie et à celui de l’Ecologie, la tension est montée ce week-end entre les deux membres du gouvernement. Samedi, Jean-Louis Borloo déclarait en effet au Journal du Dimanche : « la contribution climat-énergie n’est pas un nouvel impôt pour combler les déficits. (…) L’objectif est bien de renchérir les produits les plus polluants et gourmands en énergie fossile et d’inciter à choisir les produits les moins énergivores en général. Le produit de cette contribution sera intégralement reversé aux ménages et aux entreprises. Nous inventerons un « chèque vert » pour symboliser cette rétrocession ». Le lendemain, à Aix-en-Provence, où elle participait aux Rencontres économiques, Christine Lagarde répliquait : « Toutes les pistes et les options sont sur la table, qu’il s’agisse de l’allègement des charges des entreprises ou de l’incitation à la consommation verte. Le chèque vert est une piste mais certainement pas un aboutissement ». Le débat est ouvert, pour une hypothétique adoption dans la loi de Finances 2010.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres