Passe d’armes sur le travail de nuit entre Bernard Arnault et le Clic-P

|
Bernard Arnault

«Consternant». C’est ainsi que Bernard Arnault, pdg de LVMH, et propriétaire de Sephora, a jugé sur BFM Business le procès fait par le Clic-P, l’intersyndicale parisienne qui réunit cinq syndicats depuis 2010 dans un même combat contre le travail dominical et de nuit. Et d’ajouter : «un syndicat extérieur à Sephora -qui n’a absolument rien à voir avec l’entreprise, qui d’ailleurs n’a jamais mis les pieds dans l’entreprise, qui est totalement contesté par les salariés, qui s’appelle Clic-, a fait un procès à Sephora, comme à tant d’autres pour faire annuler le travail du soir». Enfin de conclure : «C’est assez consternant, d’autant plus consternant qu’on me dit que ce Clic en question fait ça non pas pour des raisons idéologiques, mais pour des raisons purement financières, qui lui ont permis, depuis qu'il a fait ça, de gagner pratiquement 10 millions d’euros».

Bernard Arnault a également utilisé l’argument des touristes qui «vont aller faire marcher les affaires d’un autre pays» et rappelé que les salariés du magasin Sephora des Champs-Elysées travaillant après 21 heures étaient «tous volontaires», percevaient une majoration salariale de 25%  et étaient tous raccompagnés chez eux en taxi. La décision de la cour d’appel de Paris suite au pourvoi en cassation de l’enseigne de LVMH est attendue le 9 décembre.

La réplique du Clic-P n’a pas tardé. «Cette accusation (concernant les 10 millions d’euros, NDLR) ne manque pas de sel venant de la 10ème fortune mondiale (…). En matière d’argent, Bernard Arnault sait de quoi il parle et semble penser que tout le monde lui ressemble. (…). Surtout, le Clic-P n’a pas gagné un centime, A ce jour, du fait des astreintes prononcées par les tribunaux et pour cause : le Clic-P n’en touchera que si les patrons condamnés violaient les décisions de justice». Et de conclure : «Si les patrons du commerce, Bernard Arnault en tête, ne veulent pas enrichir les organisations du Clic-P, il ne leur reste qu’à continuer de se conformer aux décisions de justice».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter