Patrick Labarre (Amazon): "Un tiers de nos vendeurs font plus de 100.000 euros de CA"

|

INTERVIEW Le directeur de la marketplace d'Amazon France liste à LSA les prochains enjeux de la place de marché dans l'Hexagone et en Europe. Il dresse aussi un premier bilan d'Amazon business, lancé en février 2018.  

Patrick Labarre (Amazon) : "Un tiers de nos vendeurs réalisent 100.000 euros de CA annuel"
Patrick Labarre (Amazon) : "Un tiers de nos vendeurs réalisent 100.000 euros de CA annuel"

LSA -Comment se porte la marketplace d'Amazon ?

Patrick Labarre - Deux chiffres sont marquants et attestent du dynamisme de notre activité : au niveau mondial, c'est la part des unités vendues réalisées par Amazon et provenant des vendeurs tiers, soit 58% . Il y a dix ans cela représentait moins de 30%. Cela illustre combien la marketplace et les vendeurs se trouvent au cœur du succès de notre entreprise. C'est d'abord le succès des milliers de TPE et PME qui viennent apporter des offres innovantes à nos clients. De manière plus locale, plus de 10 000 petites entreprises françaises sont présentes sur la place de marché. 200 d'entre elles réalisent plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires, et un tiers font plus de 100 000 euros.  C'est déjà de beaux businesses à cette échelle-là.

LSA - Quel premier bilan tirez-vous du lancement d'Amazon Business, lancé en France en février 2018 ?

PL - Le démarrage est très bon. A même maturité, la France performe mieux que les offres similaires lancées avant aux Etats-Unis, le Japon et en Angleterre. Il y a très vite eu un gros appétit de nos clients. Il existe un enjeu très important de donner accès au marché B to B, réputé difficile,  à l'ensemble de nos vendeurs. Il faut parvenir à pénétrer chaque entreprise, comme vendeur et se faire identifier comme fournisseur. Et donc faire face à toute cette lourdeur commerciale et administrative, les factures, le paiement à terme…Nous le prenons à notre charge et nous leur ouvrons ce marché très significatif. Selon les études le marché B to B online est deux fois plus gros que son équivalent dans le B to C. C'est une immense opportunité de croissance pour nos vendeurs.  

LSA - Quels sont vos prochains enjeux ?

PL- C'est l'expérience client autour de 3 piliers : le choix, le prix et la livraison. Les enjeux restent et resteront ces trois sujets. Sur le choix, l'enjeu est d'aider les gens proposant des produits différents, innovants, qui lancent des nouvelles marques et de nouveaux produits. C'est ce qu'on fait au travers de nos différentes boutiques : par exemple avec "Launchpad" où l'on commercialise des articles de start-ups. Ça amène, bien sûr, les jeunes pousses à se développer, mais ça amène aussi nos clients un choix de produits innovants, nouveaux, funs. Il en est de même avec "La boutique des producteurs", dans un aspect totalement différent. On aide à la fois des producteurs à se développer, et on satisfait nos clients, de plus en plus sensibles à la provenance, à la qualité mais aussi au partage de la valeur. Donner à ces producteurs l'accès à une boutique où ils maitrisent complètement leur politique commerciale, leur stock, leur prix….

Sur le prix, l'enjeu se fait automatiquement par le jeu de la concurrence. Ceci étant nous avons développé un certain nombre d'outils qui permettent à nos vendeurs d'effectuer un pricing automatisé. Ou qui fixent les règles ou suggèrent le bon prix pour développer leurs ventes. En ce qui concerne la livraison, Amazon a considérablement investi dans la livraison en un jour. C'est vrai aux USA mais aussi en Europe.

LSA - Amazon a annoncé le mois dernier l'ouverture prochaine d'un nouveau site Amazon.nl. En quoi consiste votre stratégie européenne ?

PL - Le principe de notre logistique paneuropéenne est d'utiliser notre réseau européen, dans les cinq pays où nous sommes présents avec un site dédié : l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et L'Espagne. Nous avons lancé la Turquie il y a un an et prochainement les Pays-Bas.  On utilise ce réseau à la fois dans la logistique, mais aussi grâce à nos algorithmes sur les besoins du client.  Pour classer le stock au plus près de là on l'on pense qu'il y aura des commandes.  Ce qui va permettre la livraison le jour même. Le vendeur va envoyer son stock à un entrepôt en Europe, le plus proche de chez lui et donne à Amazon la liberté de placer les produits en fonction des besoins des consommateurs. Le vendeur va avoir accès aux clients Prime de chacun de nos pays, soit 120 millions de visiteurs uniques, dans un délai optimisé, cela a un impact important sur la conversion. Nos clients Prime ont pris goût à cette livraison ultra-rapide. Avec un avantage économique : nous ne leur facturons que les frais de livraison domestiques.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message