Paul De Bruecker, nouveau visage des cosmétiques d'Henkel

|

Le nouveau et jeune patron (45 ans) de la branche cosmétiques grand public d'Henkel France, connaît bien le groupe. Il y est entré fin 1989, via la filiale belge, puis a rejoint l'Allemagne au marketing. Mais c'est en 1997, alors qu'il gère en Russie l'intégration des marques Schwarzkopf, que Paul De Bruecker gagne ses galons chez Henkel. Malgré une grave crise financière sur ce marché, il a su convaincre la maison mère d'y maintenir ses investissements. Pourtant, « en quelques semaines, le marché avait perdu la moitié de sa valeur », se souvient-il. Cette décision stratégique a jeté les bases de la prise de leadership d'Henkel en Russie.

Fort de cette expérience, qui sera suivie de responsabilités de direction générale, notamment à la tête de Schwarzkopf et Henkel Amérique du Nord - où il redressera les ventes grâce à Got2be -, l'homme semble bien armé pour faire croître la branche cosmétiques française d'Henkel, dont il a pris la direction générale depuis fin août. Sa recette : « Continuer à soutenir nos marques [Diadermine, Schwarzkopf, Gliss, Taft, St-Algue, Fa ou Scorpio, NDLR] malgré le contexte ; avoir une offre adaptée à la consommatrice en temps de crise ; et rester un partenaire fiable de la distribution. » Prudent, il s'attend toutefois, en 2008, à des résultats « légèrement supérieurs à ceux du marché », qui est en baisse de 2 % en volume et de 1 % en valeur. Sachant que les ventes ont progressé de 10 % l'an dernier, pour atteindre 243 millions d'euros.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2070

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres