Paylib, la contre-attaque des banques

|

Société générale, BNP Paribas et La Banque postale ont lancé le 24 septembre une solution de paiement en ligne commune, avec laquelle elles souhaitent imposer un nouveau standard sur le marché français.

Cette fois la guerre à PayPal est déclarée ! Même s'ils s'en défendent, la nouvelle solution de paiement Paylib - portée par trois banques, Société générale, BNP Paribas et La Banque postale -, qui ambitionne d'être le nouveau standard en matière de paiement sur mobile, est une réponse à l'américain, leader du paiement en ligne en France.

Concrètement, Paylib permettra de régler les achats effectués en ligne (sur ordinateur, tablette ou mobile) en cliquant sur le logo, puis en s'identifiant à l'aide d'une adresse mail, d'un mot de passe et d'un code secret. Le client n'aura pas besoin de renseigner ses coordonnées bancaires, pas même au moment de son inscription, la banque disposant déjà des numéros de carte de ses clients. Les transactions sont sécurisées à l'aide d'un code secret envoyé par la banque, comme pour une carte de paiement.

Ergonome, simpe et rapide

Il était temps que les banques réagissent. « Le projet a été lancé il y a un an, cela n'a donc pas été si long, estime Jean-Paul Albert, responsable de la monétique à la Société générale. Jeter les bases du partenariat en amont a pris du temps : il a fallu définir conjointement le service, choisir le prestataire technique. Aujourd'hui, 85% des paiements en e-commerce en France sont faits avec les cartes bancaires émises par les banques. Avec Paylib, nos trois banques se donnent les moyens de rester pertinentes, d'accompagner les nouveaux usages de nos clients. C'est cela notre sujet, ce n'est pas de créer un nouveau moyen de paiement. »

Le commerce mobile devrait exploser dans les années à venir. Une étude Forrester Consulting prévoit un taux de croissance annuel moyen de 52% sur la période 2012-2017 pour le commerce mobile, qui atteindrait donc en France 3,1 milliards d'euros d'ici à fin 2017.

En France, PayPal accompagne déjà plus de 47% des marchands dans leurs ventes via le mobile. « Le paiement garanti par Paylib est un plus, reconnaît Thierry Petit, PDG du site de ventes événementielles Showroom privé. Tout comme l'approche française adaptée au marché local. En matière de mobile, notre stratégie repose sur l'ergonomie du mode de paiement, la simplicité et la rapidité. Nous proposerons les deux solutions, PayPal et Paylib, à nos clients. »

LES FRANÇAIS HÉSITENT À PAYER SUR SMARTPHONE

Le paiement sur internet est bien installé sur les ordinateurs. En revanche, sur le mobile, le défaut d'ergonomie pour saisir des données et le manque de confiance restent des freins pour 33% des particuliers, selon l'Ifop.

Des utilisateurs que Paylib devra convaincre. « Chacune des banques fera une promotion très active de Paylib auprès de ses clients, assure Jean-Paul Albert. Pour Société générale, nous communiquerons en push dans l'Appli, notre application de banque à distance, où le client pourra très facilement souscrire au service. Nous ferons aussi la promotion de Paylib sur notre espace internet avec les moyens usuels. Nous utiliserons aussi tous les médias papier à notre disposition pour communiquer avec le client. Par ailleurs, il y aura aussi une campagne grand public menée en commun par les trois banques. »

Système ouvert à tous

Pour Yannick Franc, consultant chez Javelin, l'initiative est bonne. « Cela marchera si les banques mettent les moyens en termes de communication pour cibler de façon très pointue leurs clients qui paient sur internet. Il faudra ensuite que leur taux de commission soit assez alléchant pour séduire les commerçants. Ils ont déjà réussi à embarquer quelques mastodontes comme Voyages-SNCF ou Vente-privée, c'est un bon début. Pour devenir un standard, il faudra associer les banques étrangères qui n'ont pas de portefeuille électronique. »

Selon Jean-Paul Albert, l'important est de réunir la masse critique rapidement. « Nous avons veillé à ce qu'il soit très facile pour les commerçants de rejoindre Paylib, sans projet d'intégration lourd. Nous avons bâti une infrastructure commune qui permet de rendre le système interopérable et ouvert. Tous les acteurs qui veulent nous rejoindre sont les bienvenus. » À bon entendeur !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2289

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations