Perrier remercie Michelle Obama

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
ny

Perrier aux États-Unis, ce sont autour de 450 millions de cols qui partent chaque année du port de Fos-sur-Mer (13) pour un voyage de deux ou trois mois (passage aux douanes compris). Deux mois si le porte-conteneurs vogue vers New York ou Miami. Trois mois pour qu’il rejoigne la côte ouest. «Depuis 2013, nous avons retrouvé les volumes d’avant la crise. Cette année, les États-Unis devraient redevenir le premier marché de la marque, devant la France», se réjouit Fausto Tazzi, directeur export de Nestlé Waters. Ce qui est une sacrée revanche sur le passé. En effet, Perrier outre-Atlantique, c’est l’histoire d’une crise qui a mis trente-trois ans à se résoudre. Souvenez-vous! En 1990, Gustave Leven, alors propriétaire de Perrier, décide de retirer 280 millions de bouteilles du marché mondial, dont 160 millions rien qu’aux États- Unis, après la découverte de traces de Le groupe familial fromager Bel, présent outre-Atlantique depuis 1970, connaît une croissance importante depuis quelques années.

Aux États-Unis, les ventes de La Vache qui Rit, Boursin et Mini Babybel ont augmenté de 30% depuis 2007. « Avec un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros, soit 8 % du total Bel (2,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015), c’est un continent majeur pour nous et nous souhaitons accroître nos positions. Il est notre deuxième marché en chiffre d’affaires et le premier pour la marque Mini Babybel, en volume », expliquait son PDG, Antoine Fiévet, en octobre 2014, lors de l’inauguration de la troisième usine du groupe sur ce territoire. En effet, pour répondre à la demande croisbenzène, un composé organique cancérigène, sur les bouteilles.

Les années suivantes, les ventes de Perrier, racheté par Nestlé en 1992, s’écroulent: les Américains, alors amateurs de sodas et d’eaux purifiées, ne font plus confiance à la marque. C’est Michelle Obama et, plus largement, toutes les ligues anti-obésité, qui vont donner un coup de pouce inattendu au commerce des eaux. «Les Américains ont commencé à substituer leur consommation de sodas par de l’eau en bouteille, raconte Fausto Tazzi. Et notamment par du Perrier car cette marque, dans sa version originale comme dans ses versions aromatisées, est considérée comme une boisson plus qu’une eau de table.» D’ailleurs, Perrier est vendu partout, chez Walmart comme chez Costco, dans les hôtels, les restaurants et les espaces de vente à emporter. Cependant, la marque est essentiellement présente dans une vingtaine de grandes villes des côtes est et ouest, là où le pouvoir d’achat et l’envie de consommer sainement sont les plus forts. « Le potentiel de développement reste énorme », note Fausto Tazzi, qui a constaté également qu’outre-Atlantique, s’il est assez facile d’être référencé, il est aussi assez facile d’être déréférencé.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2433

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA