Marchés

pesage : L'impédancemètre attire les convoitises

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ASSORTIMENT - Innovations technologiques à répétition, offres à prix cassés en hypermarchés, produits plus design, arrivée des MDD : le segment le plus porteur du marché ne manque pas d'animations.

La bataille de l'impédancemétrie se poursuit ! Si ce segment ne représente que 6 % des pèse-personnes vendus (et près de 14 % en valeur), il tire la croissance du marché. Et le développement de l'obésité en France devrait encore accroître cette attractivité. Mais ces facteurs porteurs provoquent un développement quasi-anarchique de l'offre, notamment dans les hypermarchés. Ainsi, alors qu'il s'agit de produits à valeur ajoutée, la chute des prix se poursuit.

Le prix de vente moyen d'un impédancemètre en hypermarché est passé de 79 EUR en 2001 à 66 EUR l'an passé. « Il est dangereux pour ce marché de le dévaloriser », alerte Anne-Charlotte Blanc, responsable marketing chez Tanita France, leader de ce segment, avec près de 43 % de part de marché en volume. « Nous commençons même à voir apparaître des machines qui se disent impédancemètres, alors qu'elles ne calculent que l'indice de masse corporelle. Sur une technologie aussi récente, en passe de devenir un produit de très grande consommation, il ne faut pas brouiller l'image du consommateur. »

D'autant que le succès du Bodymaster Vision de Tefal, lancé en 2002 au prix le plus haut du marché (environ 145 EUR), a prouvé qu'un produit très haut de gamme séduisait la clientèle. « Même dans les hypers, les clients sont très bien informés et veulent des produits très techniques et de qualité », affirme Anne-Charlotte Blanc.
 

Les arguments des marques

Pour participer à cette démarche de clarification de l'offre, Terraillon, numéro deux de l'impédancemétrie avec plus 25 % de parts de marché en volume, a structuré sa gamme. Elle comptera d'ici à la fin de l'année 2003 9 références dont les prix sont compris entre 65 et 120 EUR. « C'est l'innovation qui doit guider ce marché », souligne Didier Cadeau, directeur général Marchés de Terraillon. Chez Tanita, l'année va être dominée par l'introduction du modèle BF579, un impédancemètre qui calcule également l'eau présente dans le corps : une première sur le marché grand public.

L'innovation technologique ne doit pas occulter le design, dimension encore trop sous-estimée en impédancemétrie. Heureusement, par le biais des plateaux en verre, celle-ci commence à émerger. L'effort doit aussi porter sur le merchandising des produits, très souvent présentés dans des vitrines fermées à clé, et sur l'animation. Ainsi, dans l'opération « Le mois de la forme », montée chaque année par Terraillon, trois des neuf boxes proposés aux enseignes mixent un pèse-personne électronique avec plateau en verre et un impédancemètre. Chaque magasin qui participera à l'opération pourra faire gagner un appareil photo numérique à l'un de ses clients.

Les marques ont de toute façon intérêt à bien encadrer le marché, car si elles sont aujourd'hui attaquées par les premiers prix, elles vont aussi l'être bientôt par les marques de distributeurs. En effet, Carrefour est sur le point de lancer un impédancemètre à sa marque. Sur le marché, Tefal, marque que le groupe Seb a choisi pour remplacer Calor sur ce segment, devra donc rapidement prouver sa légitimité sur le pesage. Elle devra notamment étoffer son offre. Si son actualité 2003 est centrée sur son nouveau pèse-personne électronique Progress, Tefal travaille pour l'an prochain sur un impédancemètre d'entrée de gamme plus simple que le Bodymaster Vision.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA