Petrossian s'ancre à Angers

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Petrossian vient de se doter d'un outil de production à la pointe de la modernité à Angers moyennant un investissement de 7 MF.

Repreneur de la société Angers Poissons, le groupe Petrossian a investi 7 MF pour agrandir et moderniser l'outil de production de Saint-Barthélémy-d'Anjou, où il a transféré l'ensemble de son activité « poisson fumé ». « Enclavé dans le centre-ville de Pierrefitte-sur-Seine, nous étions à l'étroit et aucune possibilité d'extension n'était envisageable », explique patrice Tolomelli, directeur général adjoint du groupe. Seuls le siège social et l'activité « caviar » sont maintenus à Paris, où le célèbre producteur a, l'an dernier, ouvert un restaurant gastronomique qui vient d'être récompensé d'une étoile par le Guide rouge Michelin (1).

Stratégie multimarque

Dans la périphérie angevine, la surface de production a été portée à 2 100 m2, où Petrossian, qui conserve l'identité Angers Poissons, compte produire 400 à 500 tonnes de poissons fumés par an : du saumon, des harengs, de l'espadon, du marlin, du thon qui, selon leur destination et leur mode de fabrication, seront commercialisés sous les marques Petrossian pour les traiteurs et restaurants de luxe, Petrovskya pour les restaurants traditionnels, traiteurs et certaines branches de la restauration collective, Dom Petroff pour la grande distribution, Epi Océan pour les industriels et Gustav Nordland (haut de gamme label Rouge) pour la restauration et les grossistes.

« Nous avons aujourd'hui un outil adapté pour répondre à la demande de la restauration collective, des grossistes et des industriels. En plus des produits traditionnels salés au sel sec ou au sel de Guérande, fumés ou séchés, après au moins quarante-huit heures de maturation, nous proposons une gamme de produits surgelés, tels les carpaccio. Reste à le faire savoir », indique Patrice Tolomelli, en quête d'un commercial.

Portée par l'engouement pour les produits haut de gamme, garants, aux yeux de la clientèle, de sécurité alimentaire, Angers Poissons devrait générer un chiffre d'affaires de 50 MF d'ici deux ou trois ans, contre 30 MF actuellement.

L'entreprise, qui a recruté vingt personnes sur le site, dispose d'un effectif de trente personnes qui pourrait doubler en période de pointe. Sur place, une boutique est ouverte au public. Mais aucun produit Petrossian n'y sera commercialisé. Question d'image !

(1) Restaurant Petrossian : 18, rue de la Tour-Maubourg, 75007 Paris. La filiale américaine Petrossian Inc. compte trois restaurants : à New-York (plus une boulangerie), Los Angeles et Washington.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 0379

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA