Philip Clarke (Tesco) va "révolutionner les relations distributeurs-agriculteurs"

|

Philip Clarke, patron de Tesco a une nouvelle fois pris la parole au sujet de la viande de cheval, et plus largement sur la révolution qu’elle engendre dans la supply chain alimentaire.

Philip Clarke Tesco

Pendant que les distributeurs français continuent de se battre sur les prix, l’enseigne Tesco prend la pleine mesure du scandale de la viande de cheval pour revoir toute sa politique de supply chain. Devant l’association des agriculteurs britanniques, Philip Clarke a ainsi une nouvelle fois prêché sa volonté de réformer en profondeur les habitudes de travail qui ont mené à ce scandale sans fin : « J’ai ordonné une revue complète de nos process et il n’y a aucun doute que nous allons tomber sur des choses que nous n’aimons pas. Nous allons les traquer et les changer ! Cela va entraîner le changement le plus radical jamais imaginé dans les relations entre un distributeur et ses producteurs. » Après celui de la relation entre les distributeurs et leurs clients...

Dans un élan politique, il confirme que « nous n’accepterons uniquement les standards qualité les plus exigeants dans notre supply chain ». En tant que « premier client des agriculteurs britanniques », il insiste sur le rôle de Tesco et la manière dont il va modifier la donne :

- Un directeur agriculture va être nommé et il sera le seul point de contact pour la filière et faciliter ainsi les échanges.

- Plus engagent encore, il va mettre en place un contrat de deux ans avec l’ensemble des fournisseurs alimentaires afin de leur « donner une visibilité à long terme ».

- D’ici au mois de juillet, l’ensemble des poulets frais vendus dans les Tesco seront d’origine britannique, une mesure qui sera suivie ensuite pour les produits préparés et les surgelés.

- Des tests ADN seront menés sur tous les produits avant qu’ils n’entrent en magasin.

Mais toujours emprisonné par la guerre des prix qui fait évidemment rage également au Royaume-Uni, il conclut : « les mesures que je viens d’annoncer ne veulent pas dire qu’elles entraineront une hausse des prix. [pour le consommateur NDLR] » Reste à savoir qui paiera l’ensemble de ce dispositif qu’il n’a pas chiffré…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message