Philippe Baroukh, DG d'Auchan : «On ne peut pas rester en dehors de la course au prix»

|

Philippe Baroukh, directeur général d’Auchan, est intervenu sur les sujets chauds du moment à l’occasion de la présentation des résultats semestriels du groupe. Guerre des prix en France, guerre civile en Ukraine, ou guerre diplomatique en Russie, Auchan est sur tous les fronts. Voici ses principales déclarations :  

Philippe baroukh, directeur général d'Auchan.
Philippe baroukh, directeur général d'Auchan.

Prix : « On ne peut pas rester en dehors de la course. »

« On ne va pas souffler sur les braises, cela coûte suffisamment cher à tout le monde. Mais on est attentif et on agit. Aucun distributeur ne veut voir ses résultats en baisse. On ne pourra pas prendre la décision de rester en dehors de la course. »

Ventes : « Ce ne sera pas facile de terminer l’année en positif. »

« En comparable d’une année sur l’autre, je reste optimiste pour les mois qui viennent. Mais ce ne sera pas facile de terminer l’année en positif, je ne vous le cache pas. »

« Nous sommes en partie satisfait de notre effort. La tendance a été difficile dès le deuxième semestre 2013, l’équipe France a réagi avec un plan d’action. On retrouve de la fréquentation et le nombre d’articles est en hausse. L’autre indicateur que je regarde souvent avec Vinvent Mignot, c’est la part de marché. Depuis trois mois, elle s’est stabilisée et on est en train d’en reconquérir. »

Russie : « L’embargo n’est pas si sévère qu’on le croit. »

« Aujourd’hui, nous avons une seule difficulté d’approvisionnement sur certains produits. Si l’embargo doit se poursuivre ou s’intensifier, la question de leur remplacement se posera. Ce sera difficile pour le saumon norvégien, mais sinon cela donnera un coup de fouet à l’industrie locale. Mais cela concerne une part extrêmement faible de l’approvisionnement, et l’embargo n’est pas si sévère qu’on le croit. »

Ukraine : « Il nous arrive de fermer en cours de journée sans prévenir. »

« Nous avons un magasin à Donetsk [la ville est en ce moment au cœur de la guerre civile qui secoue le pays. Auchan possède 10 hypers en Ukraine, NDLR]. Il est ouvert mais nous avons adapté les horaires. Notre préoccupation principale est la sécurité. Parfois, il nous arrive de fermer en cours de journée sans prévenir, dès qu’il y a le moindre risque. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres