Philippe Georges, PDG de Beauty Success "Ouvrir une parfumerie, c’est 150.000 euros d’apport personnel"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Avec 201 franchisés dans son portefeuille, Beauty Success est l’enseigne de parfumerie qui en possède le plus – derrière passion beauté, qui en compte 153. Le mercredi 9 octobre, se déroulait à Bordeaux l’assemblée générale de l’enseigne. De quoi discuter des discussions importantes...

beauty success logo

Tous les propriétaires de magasins Beauty Success s’étaient donné rendez-vous pour leur meeting annuel. L’occasion de faire le point sur les stratégies en cours. Et notamment de développer la stratégie web. Après avoir lancé son nouveau concept l’année dernière pour rajeunir sa clientèle, le groupe s’attache désormais au multicanal. « Mais il faut motiver les partenaires franchisés, explique Philippe GeorgesLeur expliquer que le site internet n’est pas vu comme un concurrent du magasin physique ».

Ces derniers doivent s’impliquer dans les décisions de la chaîne. En effet, beaucoup, pour ne pas dire la plupart sont impliqués personnellement dans leur business. Pour ouvrir une parfumerie, stock compris, cela coûte entre 300 000 et 500 000 euros. « Et dans cet apport, il faut compter 150 000 euros d’apport personnel », précise Philippe Georges. En forme de prêt personnel réalisé auprès des banques. Mais c’est justement après des séminaires de 3 jours comme celui-ci, que les grandes solutions avancent. Et le multicanal chez Beauty Success aussi.

Plus de digital

Pour fin octobre, le programme de fidélité de l’enseigne devient omnicanal. Ainsi, les 2,8 millions de personnes affiliées au programme (dont 90% de femmes) pourront cumuler les points de fidélité entre magasins et site web. Ce qui n’était pas possible pour le moment… Mais une étape indispensable qui rend d’autres projets possibles comme le click & collect. « Il n’est pas possible s’il n’y a pas d’échange de données entre les deux structures », explique Philippe Georges.

Un flagship ?

En bref, lentement mais sûrement Beauty Success prend le virage du digital. Ce qui permettra sans aucun doute à son site de dépasser les 0,5% des 230 millions d’euros de chiffre d’affaires total… Un site qui cependant, permet d’éclairer l’enseigne sur la stratégie à adopter. « Quand nous avons vu que 40% des ventes du site web venaient de Paris, nous nous sommes dits qu’ils seraient peut-être intéressant d’ouvrir des magasins dans la capital ! », relate Philippe Georges. Un flagship ? Des boutiques ? Doucement. Le « mortar » n’ira pas plus vite que le « clic ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA