A la découverte de Paddock Paris, l’outlet de tous les paris [En Images]

|
, , , , |

C’est une version totalement revisitée des centres de marques que le promoteur Fiminco a établi à Romainville, à l’est de Paris. Son offre déclinée sur la trilogie « Style, Art et Food », logée dans d’anciennes écuries de chevaux à omnibus, fait la part belle à la restauration. Et élargit l’offre outlet avec, notamment, du vêtement de seconde main. Visite détaillée en images...

 

D.B. LSA
Neuvième outlet francilien

Paddock Paris est le 29ème centre de marques en activité en France, et le...

Sans jeu de mot, tout marque et se démarque dans Paddock Paris, 29 ième centre de marques en activité en France, et 9 ième opus francilien, ouvert très discrètement, le mercredi 27 novembre 2019 à Romainville (93), au nord-est de Paris, par le groupe Fiminco. Ceci à quelques jours du début des grandes grèves des transports de décembre 2019, qui n’auront pas servi la découverte de ce lieu aussi inattendu dans son «contenant » qu’atypique dans son «contenu ». Et qui s’annonce, précisément, comme «le tout premier outlet Parisien accessible en métro » ! Certes une partie des propositions de Paddock Paris satisfait la premier impératif d’un centre de marques : proposer de bonnes affaires, à partir de moins 30% minimum toute l’année. Mais, ce principe de base posé, la plupart des autres composantes de ce concept de 17 000 m²  - sa société promotrice, son environnement urbain, son architecture historique, ses alternatives d’offres - déplace les lignes communément admises dans la catégorie « outlets » !

Le « Brooklyn parisien »

Déjà sa localisation. Une autre règle des centres de (dé)marques est d’être sis «à distance respectable » des magasins de centre-ville vendant à prix de référence. Or, si Paddock Paris est à quelque 2 km de la capitale, il est effectivement en pleine trame urbaine, à 300 mètres de la station de métro Bobigny- Pantin-Raymond Queneau (ligne 5). Encore que le cheminement à pied sur la très banale avenue Gaston Roussel, à Romainville, pour atteindre son numéro 60, laisse peu augurer de la découverte du site. Une projection dans le temps s’impose pour imaginer ce que veut devenir Paddock ! A savoir un point de référence et de ballade dans un quartier, près de Canal de l’Ourcq, en pleine métamorphose que Fiminco baptise, joliment, de ‘‘nouveau Brooklyn parisien’’ ! Soit le total réaménagement de l’ancienne ZAC industrielle de l’Horloge pour y installer bureaux, nombreux siège sociaux et y construire, à terme, 7 500 logements.

Un promoteur hors du sérail de l’outlet

Autre particularité de Paddock: sa localisation à 100 mètres seulement d’un site entièrement dédié « à l’art contemporain et à ceux qui le créent » : la Fondation Fiminco développant pas moins de 46 000 m² avec résidence pour 18 artistes internationaux, hall d’exposition, galeries d’arts parisiennes, etc. L’inédit de ce centre de marques est aussi dans son promoteur, le groupe Fiminco, n’appartenant pas au «sérail de l’outlet ». Depuis 25 ans, en effet,  ce « promoteur global agit au cœur des villes pour générer de l’attractivité urbaine, durable et responsable » avec des opérations de logements, résidences étudiantes et commerces en pied d’immeuble.

Une clientèle éclectique, familiale et féminine

« Style, Art et Food ». C’est la formule trilogique que lance Fiminco pour résumer le positionnement de Paddock Paris aussi inédit que sa localisation dans un département ne comptant aucun outlet. Mais «il ne faut pas réduire l’image de la Seine-Saint-Denis à ses clichés, argumente Rachelle Lemière, la directrice du centre. Le ‘‘neuf trois’’ compte aussi une nouvelle population pavillonnaire plutôt aisée. Ni trop luxe, ni populaire, Paddock Paris vise une clientèle éclectique plutôt familiale et majoritairement féminine ». A terme, le site compte rayonner sur les communes limitrophes de Noisy-le-Sec, Bondy, Bagnolet, Pantin, le Pré-Saint-Gervais, Montreuil. Mais aussi sur le quart nord-est de Paris, jusqu’à République et Bastille. Soient plus de 700 000 habitants à 3 km.   

Ballon captif

Selon Caroline Lamy, directrice de Magdus, l'observatoire européen des centres de marques et magasins d'usine, «comme tous les nouveaux sites, c’est dans 3 ou 4 ans que nous pourrons juger de la performance du centre, dont la conjoncture sociale n’a guère favorisé le départ. Reste que j’ai été impressionnée par l’offre restauration de Paddock Paris, qui a tout ce qu’il faut pour prétendre au statut de lieu de vie ». Une attraction supplémentaire du nouveau centre sera un ballon captif, visible depuis Paris, qui fera voyager un instant les visiteurs dans les airs. Comme la métaphore de ce centre aux mille paris qui, comme bien d’autres projets plus vastes, et peut-être moins originaux, devra miser sur  le temps et l’avenir de l’économie, si perturbée en cette veille de printemps, pour «décoller »….

 

Paddock Paris en chiffres

  • 17 000 m² de surfaces (commercialisées à 65%)
  • 60 boutiques
  • 4 000 m² de restauration dont un food-hall de 800 m²
  • À 300 mètres de la station de métro Bobigny- Pantin-Raymond Queneau (ligne 5)
  • 1 650 places de parking
  • 2,5 millions de visiteurs annuels en vitesse de croisière

Son environnement immédiat

  • Hôtel Ibis 3 étoiles de 120 chambres
  • 46 000 m² d’art et culture avec les espaces d’exposition de la Fondation Fiminco.
  • 2 000 logements en accession à moins de 300 m
  • 7 500 logements au total sur la ZAC du Canal de l’Ourcq

 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter