A Montparnasse, Monoprix rouvre son "grand magasin pour tous" [En images]

|
, , , |

Le magasin Monoprix proche de la gare Montparnasse vient de rouvrir après 9 mois de travaux. Il entend inclure toute l’offre et les services attendus par les clients, dans un esprit de grand magasin abordable, avec un poids renforcé des stands métier façon échoppes, de la restauration, et une multitude d’attentions et de services.

Morgan Leclerc
C'est Montparnasse qui invite

Cet espace baptisé "l'invité" permet d'accueillir des partenaires différents pour proposer des...

Le Monoprix Montparnasse est l’un des plus grands du parc avec 5600 m2. Et sa nouvelle mouture dévoilée aujourd’hui, après de très longs travaux, en fait l’un des flagships de l’enseigne. Surtout, il correspond à un changement de rhétorique. Exit le  concept de "supermarché qualitatif" voulu en son temps par Régis Schultz, ex-patron de Monoprix. Pour Jean-Paul Mochet, qui a pris sa succession il y a un an, ce magasin doit correspondre à un "grand magasin pour tous", avec un parcours client revu de fond en comble, une remise à niveau des lieux (qui en avaient bien besoin), et une offre qui doit marquer le visiteur par sa profusion. Situé à deux pas de la gare préférée des bretons, dans un quartier ou les bureaux sont nombreux, le lieu se distingue par une large offre de snacking et de repas à emporter. Mais aussi de la mobilité urbaine, du textile à foison, dans une atmosphère claire et apaisée. Le niveau rez de chaussée reste consacré au non alimentaire, et au sous sol place aux stands façons artisans et métiers de bouche, avec une volonté d’être calé dans des prix de marché, sans envolée des étiquettes.

L’aménagement commercial est différent, et si l’offre n’a pas diminué dans sa largeur, c’est parfois le cas sur la profondeur de gamme. Globalement, l’offre de MDD a été renforcée, notamment en épicerie, et les rayons du frais LS ont été rapprochés des stands à service. Avec l’envie de montrer qu’acheter du jambon à la coupe ne revient pas forcément plus cher qu’un jambon industriel. "La logique est de rendre les stands métiers  accessibles" indique t-on chez Monoprix. La baguette à 90 centimes est ainsi un produit conçu par le meilleur ouvrier de France Frédéric Lalos. "Par exemple sur ce produit, nous sommes moins chers que l’artisan situé à côté du magasin, mais plus cher que Carrefour Market ou que le Leclerc qui ouvrira bientôt à proximité. Notre ambition c’est de contrer la concurrence par l’excellence et la qualité" a assuré le président de Monoprix. Ce qui passe aussi par une approche différente du commerce. Avec en plein centre du magasin une agora, baptisée "Place publique", où sur 150 m² les clients pourront échanger, participer à des ateliers. Ou, deux fois par mois, participer à un happy hour lors duquel le directeur du magasin sera présent. Un lieu de vie, qui n’est pas sans rappeler la vocation de Franprix lors du basculement de l’enseigne sous son concept Mandarine en 2015. Alors piloté par un certain Jean-Paul Mochet.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter