Une première boutique physique pour Smallable [En images]

|
, , , , , |

C’est au 81 rue du Cherche-Midi, à Paris, que le spécialiste en ligne de l’univers enfant Smallable a inauguré son premier point de vente physique, le 20 novembre 2015. La start-up française, créée en 2008, compte bien profiter de cette nouvelle notoriété pour devenir l’un des acteurs-clés du marché premium de l’enfant et de l'adolescent.

Smallable
La boutique Smallable, le temple parisien de l'enfant

Sur 300 m², la première boutique physique Smallable s'est installée au coeur du très chic 6e...

Smallable débarque à Paris. L’e-commerçant a ouvert sa première boutique physique le 20 novembre 2015, dans le très chic Saint-Germain-des-Prés, au 81 rue du Cherche-Midi. Un loft de 300 m² dédié à l’enfant, à l’adolescent et à la maman, des centaines de marques premium et des milliers de références autour de la mode, du mobilier et de la décoration. Ce concept store a été entièrement imaginé par Cécile Roederer, fondatrice du site et PDG de Smallable, avec l’aide de l’agence de design Label Experience. "Cela faisait un an qu’on réfléchissait à passer du virtuel au réel. D’abord pour incarner le concept et permettre aux clients de voir et de toucher les références. Ensuite pour se rapprocher de notre clientèle, échanger et connaître leurs attentes", explique la jeune femme. Le lieu veut être à l’image du site, lancé en 2008. Un espace ergonomique et décloisonné, en synergie avec l’offre en ligne, et qui met en valeur des marques de créateurs prisées et souvent peu connues du grand public. Car Smallable, c’est avant tout une offre pour enfants inédite et premium, à l’affût des tendances. "C’est un family store, résume Cécile Roederer, car le magasin s’adresse aux enfants et à leurs parents". Des parents qui veulent se différencier avec des vêtements haut de gamme, et qui donnent du sens à leur consommation en privilégiant les produits made in France et made in Europe.

Des services pour les parents

Véritable référence sur le net, Smallable propose en boutique 10% de son offre, qui compte en tout 20 000 produits et 500 marques, parmi lesquelles Chloé, Stella McCartney Kids, Blune Kids et Little Creative Factory. "L’enjeu était de choisir des références suffisamment représentatives, et donc d’être sélectif", poursuit la fondatrice de Smallable. Pour toucher un public plus large, d’autres marques comme Petit Bateau, Adidas ou Converse sont également proposées. Et parce que le magasin s’adresse en grande partie aux mamans, des références Sessun et Leon & Harper ont été intégrées dans l’offre. La scénographie est fréquemment renouvelée, avec un changement de thématiques tous les deux mois environ. 

Un espace digitalisé

Pour faire un pont entre les produits exposés et l’offre disponible en ligne, la société a misé sur la digitalisation de l’espace. Quatre bornes iPad sont à disposition des clients. Ils peuvent retrouver leur panier ou consulter les autres couleurs d’un produit Les vendeurs sont également équipés de tablettes. "L’équipe peut ainsi vérifier les stocks de notre entrepôt et choisir la livraison la plus adaptée pour le client". La caisse centrale est également dotée d’iPad pour permettre aux vendeurs davantage de mobilité en cas de file d’attente. D’autres services, comme la livraison par coursier, sont proposés à la clientèle parisienne. Dans le magasin, des espaces cosy accueillent les enfants pendant que les parents font leur shopping. Coloriage ou babyfoot, le lieu est naturellement kids friendly*. "Pour que la boutique soit un succès, il faut que les parents viennent ici par plaisir, et non par corvée", précise encore la jeune femme. Une table à langer et un espace allaitement ont également été prévus.

Le click and mortar, "avenir du commerce"

Sur le site, le panier moyen est plutôt élevé, autour des 200 euros. En boutique, il est pour le moment moins élevé. Un constat à chaud qui n’inquiète nullement Cécile Roederer, car "les taux de conversion en magasin sont souvent bien plus importants". L’entreprise, qui affiche un chiffre d’affaire de 20 millions d’euros en 2015, en croissance de 78% par rapport à 2014, attend beaucoup de cette première boutique. Et si la concurrence est rude, à la fois sur le web (Melijoe, My Little Square…) et sur les réseaux physiques (Bonton, Jacadi), la recette Smallable fonctionne : avec 60% de mode et 40% de mobilier, déco et jouets, l’offre est un véritable parti, celui d’une approche globale de l’enfant.

Smallable, qui a levé 5 millions d’euros en juin 2015, espère poursuivre sa croissance exceptionnelle. En boutique, malgré un contexte actuel marqué par les attentats, les retours clients sont très positifs. En janvier 2016, c’est la partie digitale qui bénéficiera de nouveautés, avec une refonte complète du site et une version mobile conçue en responsive design. "Je suis convaincue que l’avenir de l’e-commerce réside dans le click and mortar", conclut Cécile Roederer.

*Enfants bienvenus

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter