Visite du flagship rénové d'Yves Rocher sur les Champs-Élysées

, , , |
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’enseigne de cosmétiques vient de rénover son flagship sur la plus célèbre avenue parisienne. Le nouveau concept est adapté à la clientèle internationale du magasin.

MB
Yves Rocher Champs-Elysées : inauguration 2016

Et de deux. Après avoir transformé sa boutique parisienne historique des Grands Boulevards en concept store l’an passé, Yves Rocher s’est attaqué cette année à son flagship des Champs-­Élysées. Entre les deux magasins d’exception, peu de points communs. D’ailleurs, l’enseigne a fait appel à deux agences de retail design différentes. Pour les Champs-Élysées, c’est Workshop qui a été missionnée. Les bases du concept, nommé Botanic Beauty Lab, ont été testées l’an dernier dans une boutique de Boulogne-Billancourt. Afin de souligner l’expertise d’Yves Rocher en « cosmétique végétal », les codes visuels du laboratoire scientifique sont utilisés, comme des flacons teintés en vert et, surtout, une paillasse sur laquelle sont mises en avant les matières premières des cosmétiques et des parfums, ou les nez qui ont créé ces fragrances.

Tout l’espace en un regard

Les clients peuvent sentir et toucher les produits. La paillasse permet de dégager la vue. Elle accentue la lecture horizontale de l’ensemble. D’un seul regard, le client identifie les différents espaces du magasin. « La base reste le Botanic Beauty Lab, mais nous avons dû nous adapter à la configuration très contraignante du flagship », explique Daniel Lellouche, dirigeant de Workshop. Il faut dire que la boutique est des plus biscornues. Elle s’étend sur deux étages. Chaque niveau se découpe en un espace à l’avant du bâtiment, à peu près rectangulaire, puis un long couloir très étroit, suivi d’un espace plus petit à l’arrière. Au rez-de-chaussée, la surface de vente est de 82 m². À l’étage, elle est de 87 m². Auxquels s’ajoutent 57 m² pour les parties non accessibles au public (bureau, stock…).

Il a fallu aussi tenir compte des spécificités dues à un emplacement sur une des avenues les plus fréquentées du monde. « Nous recevons entre 3 000 et 5 000 visiteurs par jour, déclare Isabelle Jamet-Surjon, directrice du magasin. Dont 1 000 à 1 500 clients. » Un flux important qui exige un parcours d’achat fluide. Ce dernier a d’ailleurs été revu. Le maquillage, qui avant était situé au premier, est désormais placé au rez-de-chaussée. « Nous avons voulu redonner de la dynamique à l’entrée du magasin, mettre de l’animation avec le maquillage, insiste la directrice. Des maquilleurs sont présents en permanence. » La gauche du rez-de-chaussée est dédiée aux parfums. « Le parfum a toujours été très fort chez Yves Rocher, et c’est d’autant plus vrai dans ce magasin, car les touristes apprécient nos fragrances », poursuit-elle.

Le flagship a d’ailleurs été pensé pour cette clientèle internationale. La signalétique est inscrite en anglais : makeup, bodycare, etc. « J’avais des réserves au départ, mais, finalement, nous n’avons eu aucune remarque de nos clients français », confie-t-elle. La première partie de l’étage est consacrée à l’expertise soin, avec un « beauty lab » où les clients peuvent recevoir des conseils, faire un diagnostic de peau…

Une technologie dissimulée

Aux deux couloirs, Workshop a trouvé un intérêt. « Nous avons profité des deux pincements architecturaux pour exprimer les valeurs et l’histoire d’Yves Rocher de manière originale », poursuit Daniel Lellouche. À l’étage, une carte du monde présente les filières éthiques dont sont issues les matières naturelles utilisées dans les produits de la marque. Au rez-de-chaussée, son histoire et son fondateur sont racontés sur un mur interactif et numérique. « Le digital est une tendance forte, mais nous sortons de la technologie froide. Certes, cette dernière doit faire partie du parcours client, mais de façon beaucoup plus naturelle et intuitive. Ici, pas de tablettes tactiles, la technologie est dissimulée », décrit Daniel Lellouche. Au bout des deux couloirs, les clients découvrent les caisses (deux à l’étage, trois en rez-de-chaussée).

Au premier, sont disposés les produits pour le bain et un Gift Lab’ où les clients peuvent choisir leur boîte à cadeaux. En bas, avant les caisses, une offre de produits nomades est proposée pour les touristes étrangers. « Ce n’est pas pour autant que nous oublions notre clientèle de proximité. Nous offrons autant d’écoute et de conseils que dans n’importe quel autre magasin de l’enseigne », conclut Isabelle ­Jamet-Surjon.

Les chiffres

  • 226 m² : la superficie totale du magasin
  • 38 : le nombre d’employés
  • 3 000 à 5 000 visiteurs par jour

Source : Yves Rocher

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA