Picard, Labeyrie, Décathlon et Mars, mauvais élèves pour la prévention du stress

|

Lancé par le gouvernement après une funeste série de suicides à France Télécom et ailleurs, le « plan national d’urgence pour la prévention du stress professionnel » permet, aujourd’hui, de classer bons et mauvais élèves en ce domaine. Parmi les entreprises en mauvaise position figurent ainsi le laboratoire pharmaceutique GSK, mais aussi Picard Surgelés, Labeyrie ou Maximo. Avec, pour ces dernières, deux explications à cette situation : soit elles n’ont rien entrepris pour lutter contre le stress de leurs salariés, soit, et c’est nettement moins grave, elles n’ont juste pas daigné répondre au questionnaire soumis par le ministère du Travail. Dans la catégorie « orange », répertoriant les groupes ayant engagé une ou plusieurs réunions de négociations ou de discussions, on trouve France Télécom, Décathlon, Sony France, Mars Chocolat, Maaf et MMA. Enfin, dans le « vert », PSA, Thales, Rhodia, Yoplait et Sodexo, soit les groupes qui ont signé un accord de fond ou de méthode.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message