Pierre Bouriez rejoint Cora, du cybermarché aux hypermarchés

Après trois ans de commerce virtuel, le fils cadet de Philippe Bouriez intègre la direction générale des hypermarchés Cora.

Le « clic » peut aussi parfois conduire au « mortar ». Président depuis trois ans de Houra, le magasin en ligne du groupe Cora, Pierre Bouriez (37 ans) effectue une entrée surprise dans l'univers des hypermarchés : « Il va rejoindre mon équipe de directeurs généraux exécutifs », confirme Jacques Bouriez, le directeur général de Cora. Chacun a en charge une vingtaine de magasins (59 au total à ce jour) tout en se partageant des fonctions transversales telles que le marketing d'enseigne, la publicité, les achats

René Biotti, Bernard Sepulchre et Claude de Guibert, ceux qu'on appelait autrefois les « directeurs en mission », seront donc bientôt quatre dès que Pierre les aura rejoints. Pour l'heure, il lui faut apprendre le métier de l'hypermarché : « Le magasin est l'ossature de notre organisation », insiste Jacques Bouriez. Son neveu, deuxième fils de Philippe, le président du groupe, sera d'abord durant plusieurs mois « en immersion profonde » dans un magasin, avant d'aller en visiter quelques autres. Et la mission qui lui sera confiée à l'issue de son « stage » n'est pas encore précisée.

 

Un pionier du Net

N'empêche, la nomination d'un nouveau membre de la famille au sein de la direction générale des hypers peut déjà donner lieu à tergiversations. L'arrivée d'un héritier direct de Philippe à la direction du groupe ne prépare-t-elle pas une succession attendue ? Peut-être un début de réponse aux interrogations qui couraient encore récemment dans le milieu de la distribution sur l'avenir de Cora. À moins que Philippe et Jacques, les deux frères qui président le groupe, ne décident d'en confier un jour les rênes à François le frère aîné de Pierre, actuel président des supermarchés Match et de la centrale d'achats Opéra.

« Il n'y a aucun commentaire à faire et rien à présager pour l'instant, si ce n'est que Pierre intègre notre division hypers », rétorque Jacques Bouriez. Polytechnicien et diplômé de l'Insead, son neveu a déjà effectué un beau parcours (Lyonnaise des Eaux, Générale des Eaux, Otis), avant de prendre la tête de Houra au début de l'été 1999, en plein boom de la nouvelle économie.

De retour des États-Unis, Pierre avait réussi à convaincre la famille de l'intérêt d'investir massivement dans l'e-commerce, en créant le premier « cybermarché » français destiné à être le véritable pendant de l'hypermarché sur la Toile. Depuis, le projet a été sérieusement remodelé. L'an dernier en effet Houra.fr a gelé ses investissements publicitaires, s'est retiré de 63 départements français, s'est enfin ouvert aux produits frais et a repris la gestion en direct de son entrepôt, tout en réduisant les effectifs logistiques de moitié. Une cure d'amaigrissement profitable, puisque le site annonce viser l'équilibre de son cash-flow dès cette année et les premiers bénéfices en 2003.

C'est à un tout nouveau métier que Pierre Bouriez, homme affable et souriant, devra se frotter. Il ne connaissait ses clients que par écrans interposés. Il leur sera désormais directement confronté.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1772

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message