Pierre Cuilleret : "le projet de Micromania garantit la pérennité de Dock Games"

|

BRÈVES Le numéro un français de la distribution de jeux vidéo a annoncé le 8 janvier le rachat des 49 points de vente de son challenger Dock Games. Pierre Cuilleret, le président de Micromania, revient sur l'opération pour LSA.


LSA - L'annonce de ce rachat est une surprise. Qui est à l'origine de cet accord ?
Pierre Cuilleret - C'est nous qui avons contacté Dock Games. Les deux fondateurs de l'enseigne, qui détenaient à peu près 50 % du capital chacun, avaient pris la décision de passer la main il y a déjà quelques mois. Nous nous sommes manifestés tard, mais toute l'opération s'est bouclée en trois semaines. Les fondateurs de Dock Games souhaitaient pérenniser leur entreprise et ils ont constaté que notre projet le garantissait, nous nous sommes donc mis d'accord en quelques heures.

LSA - Concrètement, que prévoit l'accord ?
P.C. - Nous reprenons les 49 points de vente Dock Games existant, dont 17 sont des succursales et 32 des magasins partenaires. Les deux réseaux sont très complémentaires, à la fois sur le plan géographique et parce que Dock Games est très présent en centre ville quand Micromania est plus implanté dans les centres commerciaux. Il n'y a pour ainsi dire aucun doublon. Quelques magasins vont passer sous enseigne Micromania mais cela se fera au cas par cas et de toute façon l'enseigne Dock Games a vocation à être maintenue. C'est un réseau en bonne santé, qui a été restructuré intelligemment et qui revendique aujourd'hui 400 000 clients.

LSA - Vous possédez déjà une autre enseigne, RecycleWare...
P.C. - Effectivement. Mais RecycleWare, ce sont seulement 13 points de vente. Nous n'avons pris aucune décision, mais trois enseignes, c'est peut-être beaucoup... Nous allons demander aux clients ce qu'ils en pensent. Il est probable que nous ne gardions que deux enseignes, mais nous allons réfléchir.

LSA - A combien se porte, désormais, le parc de magasins que vous contrôlez ?
P.C. - Avec le rachat de Dock Games, nous atteignons 310 points de vente, ce qui conforte notre place de numéro un du marché. Le ratio avec notre premier concurrent est désormais de 1 à 2.

LSA - Votre concurrent, Game, qui justement s'est lui aussi beaucoup renforcé en rachetant très récemment 51 magasins MaxiLivres, ce qui l'amène à 158 points de vente...
P.C. - Oui. A ceci près qu'à mon sens, reprendre un réseau spécialisé dans le jeu vidéo ou un réseau de librairies, ce sont deux choses différentes. Mais je n'ai pas de commentaires particuliers à faire sur leur stratégie...

LSA - Micromania avait annoncé l'ouverture d'une quarantaine de succursales en 2007. L'annonce d'aujourd'hui remet-elle cet objectif en cause ?
P.C. - Surtout pas ! C'est vrai que l'objectif que nous annoncions pour l'année 2007 est déjà dépassé. Mais tout ce qui était prévu est maintenu, tous les projets se feront. Il s'agit d'un coup d'accélérateur. D'ailleurs, je maintiens qu'il y a la place en France pour 450 Micromania.
Propos recueillis par Olivier Marbot
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres