Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Pimento, le soft né dans une cuisine

|

Créé en 2008, ce soft français arrive chez Monoprix et dans les Repaire de Bacchus. Histoire d’une boisson pimentée qui se consomme seule, ou en cocktails pour leur donner de l’ampleur.

Pimento, chez Monoprix et Repaire de Bacchus depuis mai 2016
Pimento, chez Monoprix et Repaire de Bacchus depuis mai 2016

En mai 2016, Pimento a fait son entrée chez Monoprix et chez le caviste Repaire de Bacchus. Une étape importante pour ce drôle de soft, qui se consomme seul ou en cocktail, et qui est né par la volonté d’un homme, Éric Dalsace. À un moment de sa vie, cet-ex-publicitaire en eut assez de soulager son stress avec de l’alcool et des cigarettes. Las ! À l’heure de l’apéro avec ses collègues, il n’avait guère le choix qu’entre un jus de tomate et un soft-drink. Rien de très excitant. Alors, pendant trois mois et au grand dam de sa famille, ce créatif passa ses nuits dans sa kitchenette à élaborer une boisson qu’il voulait forte et sans alcool. "J’ai couru Paris à la recherche de toutes sortes d’épices, de fruits, de breuvages exotiques... ", se souvient-il.

La Grèce pour origine

Comme il se rendait souvent en Inde, il eut l’occasion de boire des ginger ales, de la limonade avec un peu de gingembre, et des ginger beers, des limonades plus corsées en gingembre. Ces boissons non alcoolisées et épicées sont très répandues chez les Britanniques, les Européens du Nord, tout le ­Commonwealth... mais pas en France. Et pour cause. Elles sont nées au XVIIIe siècle à Corfou, alors colonie britannique. Sur cette île grec­que, on "brassait" la racine de gingembre, d’où le nom de ginger beer (bière au gingembre en anglais) quoique sans alcool. Les Britanniques exportèrent cette pratique dans une autre de leurs colonies, l’Inde, aujourd’hui deuxième pays producteur de gingembre après la Chine. Éric Dalsace s’en inspira et créa un breu­vage fait de gingembre, de tonic et de piment. "Rond comme un soft, teigneux comme un spiritueux", se plaît-il à décrire.

Ouverture à l’export

Fin 2008, l’aromaticien grassois Expressions aromatiques a fabriqué la formule, et les premières bouteilles de Pimento sont sorties de l’usine La Licorne, à Saverne, en Alsace. "Je livrais moi-même mes premiers clients, l’hôtel Meurice, La Grande Épicerie et quelques bars parisiens", se souvient l’entrepreneur, qui réalisera une première levée de fonds en 2012 auprès de Palais impérial, un importateur de thés détenus par deux ex-financiers (une deuxième levée est en cours). Une arrivée d’argent frais qui lui permet de partir à l’export. Pimento est aujourd’hui distribué dans toute l’Europe occidentale ainsi qu’aux États-Unis, en Inde, en Thaïlande, dans quelques pays d’Afrique...

"Ce soft se marie très bien avec toutes les cuisines exotiques. Certains restaurateurs s’en servent même pour déglacer certains plats", souligne Éric ­Dalsace. Et les barmen, toujours à la recherche de boissons originales, se sont approprié Pimento qui, grâce à ses arômes de piment et de gingembre, donne de l’ampleur aux cocktails. Sur les étagères de Monoprix, Pimento va rejoindre Fever Tree, un tonic anglais, lui aussi apprécié des barmen.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message