Plan SAS récolte les graines Oxadis

|

perspectives - Le groupe familial horticole a signé un accord pour acquérir les activités grand public d'Oxadis, filiale du quatrième semencier mondial, Limagrain.

En novembre dernier, le groupe français de graines potagères et florales Vilmorin annonçait vouloir concentrer ses activités sur le circuit des professionnels en revendant sa branche grand public. Voilà qui est fait ! Plan SAS reprend l'activité jardin grand public d'Oxadis, pour près de 60 millions d'euros. L'accord devrait être finalisé d'ici à fin juin. Les marques Vilmorin, Clause et Tézier restent la propriété de Vilmorin pour le circuit des pros, mais seront exploitées sous licence auprès du grand public par Plan SAS. Grâce à cet accord, Plan SAS - qui était le numéro deux en France des semences potagères et florales derrière... Oxadis -, prend la tête du marché.

Renforcer les moyens

« Notre ambition n'est pas de devenir numéro un mais de renforcer nos moyens, notamment pour développer l'innovation, sur le marché déjà mature des végétaux », affirme avec une déconcertante sincérité Jean-François de Jerphanion, directeur du marketing de Plan SAS. Si l'objectif premier de Plan SAS n'est pas de se hisser au rang de leader des semences potagères et florales, le fait est qu'il le devient.

« Plan SAS et Oxadis vont rester des filiales distinctes tout en faisant jouer leurs synergies avec les fournisseurs et les distributeurs », précise Jean-François de Jerphanion. Les circuits de distribution des deux entreprises sont assez complémentaires, les marques de Plan SAS sont mieux diffusées en grandes surfaces alimentaires, celles d'Oxadis dans les enseignes spécialisées. Il n'empêche, parmi les sept marques du nouveau portefeuille, l'offre est parfois proche. Comme les semences Caillard et Vilmorin, Le Paysan et Vita. C'est à l'international que le groupe familial va surtout profiter de l'apport d'Oxadis. Alors que l'exportation représente moins de 10 % de l'activité de Plan SAS, Oxadis travaille en direct, surtout en Italie et en Belgique et dispose de trois filiales. « Cette opération nous apporte une position stratégique sur le marché européen du végétal, notamment grâce aux filiales d'Oxadis aux Pays-Bas, en Suisse et en Pologne », souligne Jean-Claude Plan, PDG de Plan SAS.

Avec la dimension européenne, le nouveau groupe renforce ses positions dans plusieurs circuits de distribution. Reste à voir si l'opération s'avérera intéressante pour Oxadis, qui était une goutte dans le patrimoine du géant mondial Limagrain. En novembre dernier, selon Arnaud Le Voyer, son directeur général, la société se trouvait bien d'être au sein de Vilmorin (LSA n° 2018). D'autant que les synergies s'accompagnent souvent de compressions de personnel. Mais la direction de Plan SAS affirme vouloir s'appuyer sur « deux forces de frappe commerciales et marketing complémentaires ».

Vis-à-vis de ses clients, le groupe accroît son pouvoir de négociation, même s'il reste un poids plume face aux jardineries, dont les principales flirtent avec les 700 ME de chiffre d'affaires. « Je suis dans l'expectative sur les conséquences de ce rachat mais jusqu'à présent, nous avons eu de bonnes relations avec Plan SAS », estime Michel Conte, président de Jardiland. « Il n'y a pas de raisons pour que nos relations avec les distributeurs soient bouleversées, nous ne cherchons pas le rapport de force », affirme Jean-François de Jerphanion.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2047

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous