Plan social chez Pimkie

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Pimkie

L’enseigne de prêt-à-porter féminin de l’association familiale Mulliez a annoncé la suppression de 190 postes sur un effectif de 2 088 salariés en France dans le cadre d'un projet de réorganisation annoncé en comité d’entreprise jeudi 14 mai. Celui-ci vise à « rendre la société plus dynamique et plus efficace en achevant la transformation des quatre entités qui la composent actuellement en une entreprise pleinement intégrée et internationale », a précisé le groupe dans un communiqué.

Face à la concurrence des Zara et autres H&M, Pimkie, qui fût pionnière du juste-à-temps dans les années 70, « traverse une crise de son modèle et souffre de lourdeurs de structures qui se répercutent sur ses performances », a déclaré à LSA une porte-parole de l’enseigne. Les méventes textiles de ces derniers mois ont aggravé la situation.

Pimkie « affichera une perte opérationnelle de 4,4 millions d’euros en 2009 et son chiffre d’affaires annuel au mètre carré reste l’un des plus faible du secteur à 4 733 € TTC », selon l'enseigne. La restructuration concerne les services logistique (138 postes concernés), informatique, ressources humaines, finance et commerce.

Pimkie insiste sur sa volonté de trouver toutes les solutions de reclassement possibles pour les salariés touchés, y compris au sein d'autres enseignes de la famille Mulliez. En février, Richard Maurice, ancien directeur général de Kiabi, autre enseigne de vêtements de la famille Mulliez, a été nommé président du conseil de surveillance de Pimkie, avec pour mission de réorganiser la société.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA