Marchés

Plats cuisinés : l’Europe frileuse sur l’étiquetage de l’origine des viandes

|

LÉGISLATION - LOIS La Commission européenne assure qu’il serait coûteux pour l'industrie et le consommateur d’ajouter la mention du pays d'origine des viandes. La France, elle, souhaite voir ce projet aboutir.  

Logo Origine France Garantie

L’obligation de spécifier l’étiquetage engendrerait "des coûts supplémentaires pour les exploitants du secteur alimentaire dans une fourchette allant de 15% ou 20% à 50%", chiffre la Commission européenne dans un rapport remis le 17/12/2013.

Cette étude d'impact souligne aussi que l'industrie de transformation de la viande dans l'UE serait confrontée « à des difficultés opérationnelles exigeant des adaptations radicales. » Elle conclut en expliquant que les consommateurs, s’ils sont désireux de plus d’informations, ne se montrent pas prêts à en payer le prix.

Les Français favorables

Plusieurs eurodéputés français sont déjà revenus à la charge en faveur des exigences françaises mardi, après la révélation lundi 16 décembre d'un nouveau trafic de viande de cheval impropre à la consommation dans le sud de la France.

En pratique, l’UFC-Que Choisir révèle dans une étude que la mention d’origine reste peu utilisée à ce jour. Selon cette étude qui a porté sur 91 produits de consommation courante contenant des "quantités significatives" (de 6 à 39%) de viande de boeuf, l'origine de la viande reste encore absente dans 62% des produits.

Un effort est réalisé sur le rayon frais, avec 74% de mentions de l'origine sur les produits. Toutefois, du côté des surgelés pourtant particulièrement touchés par le scandale en termes de conséquences sur les ventes, moins d'un produit sur deux (48%) comporte une mention de l'origine.

Pour statuer sur l’origine des viandes dans les plats élaborés, la Commission européenne entend désormais envoyer la balle dans le camp des Etats membres et du Parlement européen pour qu'ils arbitrent, afin de savoir si une législation s'impose… Ou non.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA