Plongée dans les arcanes d'un entrepôt d'Amazon

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le numéro un mondial de l'e-commerce étend son empire au rythme de l'installation de ses entrepôts. Quatre en France, dont celui de Saran (45) qui fait référence. Quelques semaines avant le rush de Noël, visite des coulisses du colosse.

A Saran (Loiret), le ciel est bas en ce début d'automne. Mais à l'approche de l'entrepôt d'Amazon, basé au coeur d'une zone qui compte aussi Sephora et Calberson, le jaune du logo souriant de l'enseigne préférée des Français tranche avec le camaïeu de gris ambiant. Une fois le portique de sécurité passé, c'est Jeff Bezos qui accueille les visiteurs. Oui, le fondateur est présent à travers une grande photo sous laquelle il a signé lors d'une visite en 2007 : « Le client assure ! » Port du casque et chaussures de sécurité en place, le passage de l'autre côté de l'écran peut s'effectuer.

FRÉDÉRIC DUVAL, DIRECTEUR DES OPÉRATIONS FRANCE D’AMAZON

Spécialiste des questions logistiques et entré chez Amazon en 2006 en tant que directeur financier, Frédéric Duval applique la logique de «test and learn» pour l’organisation des quatre entrepôts français. Chaque cellule est amenée à être réorganisée en fonction des pics d’activité et des process au rythme de la croissance de l’activité.

Amazon, c'est l'affaire d'une somme de gigantismes et de microdétails. À plus de 9 mètres au-dessus du sol sur une passerelle, la perspective du premier des 13 halls, qui composent l'entrepôt, donne déjà le vertige. Mais ce sont bien les éléments les plus infimes qui impressionnent le plus. De la dizaine de quais de déchargement, un, de moindre taille, se détache. « Il sert pour la réception des colis de la place de marché qui sont plus petits », explique Frédéric Duval, directeur des opérations France d'Amazon. Dans ce vaste espace où règne un surprenant silence, quelques gilets de couleurs jaune et bleu s'agitent. Les managers, regroupés autour d'un poste sans cloison, se veulent le plus proches des collaborateurs. « Lors des périodes de grande intensité comme Noël, ils doivent pouvoir être identifiés tout de suite par un opérateur et être en capacité de répondre à sa question », détaille Frédéric Duval. Au cas où le message ne passerait pas, il s'affiche dans le dos de leur gilet sous la forme interrogative : « Vous avez une question ? »

Messages simples martelés

L’ENTREPÔT DE SARAN EN CHIFFRES

  • 70000m² La superficie de l’entrepôt, le plus grand d’Amazon en France, d’ici au déploiement complet de Lauwin- Planque, dans le Nord (90000 m²)
  • 760000 unités expédiées le 17.12.12
  • 240 camions partis ce jour-là, soit 1 départ toutes les 6,6 min
  • 28 catégories pour répertorier les produits lors de leur réception
  • 4 millions d’unités ont été déplacées en un an lors des aménagements des cellules de stockage
  • 1 500 salariés

Source : Amazon

Car, c'est aussi ça Amazon : des messages simples, mais martelés partout, à tous les niveaux, et sous toutes les formes. Marquage au sol, couleurs fluo, schémas... la sécurité des salariés semble une préoccupation bien réelle : « Nos collaborateurs sont davantage en sécurité ici que dans un hypermarché », assure notre guide pour la journée. Difficile à vérifier, mais cette thématique ne ressortait pas dans la revendication des salariés en grève en juin dernier.

En revanche, l'ambiance générale paraît studieuse. Un encadrant nous confie, d'ailleurs, « qu'ici, nous employons beaucoup d'anciens salariés de l'industrie automobile. Et je peux vous dire qu'évoluer au sein d'une entreprise dans une dynamique économique positive est bien différent que d'entendre parler de plan social à longueur de journée... »

« Amazoniens » et logistique

Mais attention, que l'on ne s'y trompe pas. Si le pure player parle de ses « Amazoniens », son réacteur repose bien sur un coeur technologique, alimenté de données et impulsant une logistique ciselée. Cette dernière fourmille d'exemples à diverses échelles et plus ou moins visibles. Les 450 000 boîtes à chaussures sont empilées dans des rayonnages de 10 mètres de haut, offrant une vision troublante, très graphique, mais désincarnée. Les opérateurs, harnachés comme des alpinistes, y circulent dans des chariots capables de les monter tout en haut.

Pour le textile, en revanche, les pièces sont rangées selon une logique plus horizontale. La rotation est rapide, les collaborateurs, qui préparent plusieurs commandes à la fois, doivent pouvoir prélever le produit en quelques secondes. Pour les y aider, chaque référence est placée de manière aléatoire dans les bacs. Seule indication : aucune couleur ou marque similaire ne doit se trouver dans le même tiroir.

Les opérateurs, PDA au poignet, déambulent ainsi dans les différentes allées suivant un chemin balisé par un outil informatique, objet de toutes les attentions. La plus grosse crainte se résume à une panne de serveurs. En cas d'arrêt brutal, les milliers d'employés seraient totalement désarmés, sans aucune chance de pouvoir trouver le moindre produit parmi le million de références présentes ici et livrer ainsi leurs clients à temps. De quoi déclencher leur mécontentement... Une idée inenvisageable pour Jeff Bezos et ses « Amazoniens », de Saran et d'ailleurs.

LONGUE MARCHE

Durant sa journée de travail, Annie, préparatrice de commandes, parcourt environ 9 kilomètres. Une distance qui s’accentue à l’occasion des fêtes de fin d’année pour atteindre entre 10 et 12 kilomètres.

TOUR DE STOCKAGE

Toujours en recherche d’optimisation de l’espace, Amazon a imaginé une zone de stockage sur quatre étages à l’intérieur d’un des bâtiments. Cette « pick tower » tourne à plein régime depuis l’été dernier.

EN PRÉPARATION

Dans la zone d’expédition, les opérateurs préparent manuellement les commandes, organisées dans chacun des chariots stockés en attente. Au moment de Noël, une zone de préparation de paquets cadeaux est aménagée.

RESPECT DES DÉLAIS

Chaque colis passe sous le scanner, qui détermine la date à laquelle il doit être livré. En cas de retard, la machine calcule en instantané le bon affranchissement qu’Amazon prendra alors à sa charge.

ESPACE OPTIMISÉ

Pour les références à plus faible rotation (ici, les chaussures), les systèmes de stockage varient. Amazon optimise alors l’espace sur toute la hauteur (10 mètres).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2299

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA