Plus de 60% des Français souhaitent voir éclore les "pop’up stores"

|

Ipsos a mené pour Hopshop une étude sur la façon dont les Français perçoivent le commerce «classique » et sur l’accueil qu’ils réservent aux boutiques éphémères. Il en ressort une certaine frustration en termes de renouvellement d’offre et de découvertes dans les magasins conventionnels. Et un bel appétit pour l’éclosion de ‘‘pop’up stores’’ aussi bien à l’échelle de leur quartier que de leur centre commercial préféré.

Exemple de boutique éphémère saisonnière : jusqu’au 1er mars 2015, les clients du centre commercial Vélizy 2 (Yvelines) peuvent faire leur choix dans l’assortiment du Bar à Bonnets Cabaïa. De quoi satisfaire l’envie de « faire des découvertes inattendues et originales en faisant du shopping en-dehors des grandes enseignes » exprimée par 83% des Français.
Exemple de boutique éphémère saisonnière : jusqu’au 1er mars 2015, les clients du centre commercial Vélizy 2 (Yvelines) peuvent faire leur choix dans l’assortiment du Bar à Bonnets Cabaïa. De quoi satisfaire l’envie de « faire des découvertes inattendues et originales en faisant du shopping en-dehors des grandes enseignes » exprimée par 83% des Français.

Preuve que le commerce éphémère est entré dans le paysage commercial des Français : plus de la moitié d’entre eux ont déjà vu ce genre de boutique ou magasin "installé et ouvert pendant une période de temps volontairement très courte" (quelques jours ou quelques semaines). C’est l’état des lieux établi par l’enquête Ipsos pour Hopshop* : "Le centre commercial, les citadins et les boutiques éphémères".

Les Français et les pop'up stores


Des clients intrigués, surpris, amusés….

L’étude donne une photographie dynamique et même très vivante de ces clients "confrontés" à ces boutiques éphémères. Les voici intrigués (68%), surpris (65%), impatients d’en découvrir d’autres (56%), amusés (53%), déçus… que ces "pop’up stores" ne restent pas ouverts plus longtemps (51%). Et au final plutôt confortés dans l’image qu’ils avaient de la marque ou de l’enseigne impliquée (45%).

Et à quoi, pourrait servir ce commerce éphémère selon les clients qui n’en ont jamais vu les manifestations ? Pour la majorité d’entre eux (88%) il permet avant tout "aux marques de faire du déstockage et de proposer des promotions"». Mais aussi "aux jeunes créateurs de se faire connaître" (86%) et "à de nouvelles enseignes ou de nouvelles marques de se tester dans un centre commercial et ensuite d’y ouvrir des boutiques ou magasins durables" (84%).

… et qui en redemandent !


Du coup, les Français expriment une envie manifeste "de voir éclore des boutiques éphémères à proximité de chez eux" ! Avant tout à l’échelle de leur quartier (74%), mais aussi de leurs centres commerciaux (71%), et enfin de leur ville (61%).
Au final 79% anticipent une multiplication des boutiques éphémères dans les années à venir.


Un besoin de découvertes et de renouvellement commercial

Ce goût nouveau pour le commerce éphémère ressort de certaines frustrations ou déceptions du public vis-à-vis des commerces classiques. Ipsos s’est en effet intéressé préalablement à son focus sur le commerce éphémère, au degré de satisfaction des clients à l’égard des commerces locaux à l’échelle de leur ville, de leur quartier, et enfin de leur centre commercial préféré.

Si 83% apprécient l’accessibilité des commerces (transports, circulation, stationnement) pour ce dernier item, ils ne sont que 54% à se déclarer satisfaits des animations et évènements (dédicaces, rencontres, expositions, ventes privées, etc.). La possibilité "de faire des découvertes en faisant du lèche-vitrine" va décroissant des centres commerciaux (71% de satisfaction), aux commerces de quartier (43%).

Finalement, concernant leurs attentes prioritaires dans les grandes villes, ils sont aussi nombreux (83%) à "souhaiter faire des découvertes inattendues et originales en faisant du shopping en-dehors des grandes enseignes", qu’à "préférer des boutiques qui changent souvent d’enseigne, à des locaux commerciaux inoccupés". De même qu’à "aimer qu’il y ait plus de variété dans les enseignes et les marques que l’on trouve dans leur quartier".


* Méthodologie : étude menée par Ipsos pour Hopshop auprès d’un échantillon représentatif de 1008 Français âgés de 16 ans et plus, vivant dans les agglomérations (unités urbaines) de 100 000 habitants et plus.
 

1 commentaire

Laure DELAGE

23/06/2016 14h50 - Laure DELAGE

Les magasins éphémères sont en effet une très bonne occasion de proposer une expérience innovante et originale. Il y a une forte attente des consommateurs quant au programme d'animations de ces lieux éphémères ! http://www.coephe-popup.com/2016/06/02/pourquoi-int%C3%A9grer-un-programme-d-animations-%C3%A0-son-pop-up-store/

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA