Plus entrepreneur qu’héritier

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierÀ 40 ans à peine, l’arrière-petit-fils du fondateur de la célèbre marque de pâté reprend les rênes de la société, dont il entend consolider le développement.

 

Décrocher un Trophée LSA à peine un an et demi après avoir accédé à la direction générale de son entreprise, bel exploit ! Malgré sa jeunesse – il vient d’avoir 40 ans – et son peu d’ancienneté dans la fonction, Loïc Hénaff, arrière-petit-fils de Jean Hénaff, fondateur de la PME bretonne du même nom, et successeur de son père, Jean-Jacques Hénaff, à son poste, a convaincu les professionnels qu’il avait la carrure pour prolonger la saga plus que centenaire de la célèbre fabrique de pâtés.

Pourtant, « son arrivée était envisageable, mais pas vraiment programmée », explique sa mère Ginette Hénaff, en charge des relations extérieures du groupe (40,7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 215 salariés). Diplômé de l’ESC Bretagne Brest (29), Loïc fait ses armes chez Kraft puis chez Cadbury, où il perfectionnera sa connaissance de l’international, profitant notamment, chez Kraft, d’un programme de développement personnel de trois ans en Australie, qu’il évoque aujourd’hui avec une pointe de nostalgie…

C’est quelqu’un qui a plein d’idées, il a rajeuni la marque Hénaff et ça paie.

FRÉDÉRICK BOURGET, directeur général de Laiterie Le Gall et ancien
collaborateur de Loïc Hénaff

 

Des idées plein la tête

Mais, en 2005, le directeur commer cial de la PME finistérienne prend sa retraite et libère son poste « à un moment où j’avais envie de me stabiliser », narre Loïc Hénaff. Or, la pointe bretonne reste le port d’attache de ce moniteur de plongée diplômé, passionné d’archéologie sous-marine, qui confesse avoir « surtout exploré les fonds au large de Brest »…

À Pouldreuzic (29), siège de l’entreprise, ses compétences et son caractère facilitent son intégration. « Il a toujours eu beaucoup de copains sans être chef de bande, il ne cherche pas à se faire valoir », décrit sa mère. « C’est quelqu’un qui a plein d’idées, il a rajeuni la marque Hénaff et ça paie », complète Frédérick Bourget, directeur général de Laiterie Le Gall et ancien directeur général de l’association Produit en Bretagne, dont Loïc est administrateur.

 

De véritables valeurs humaines

La cohabitation entre ce dernier et Jean-Jacques Hénaff, qui reste président de l’entreprise, se nourrit de leurs différences. « Mon père est un très grand stratège, il a une vision à dix ans, explique Loïc. Je suis plus dans le court terme et j’ai le sens pratique. » Jean-Jacques Hénaff, a orienté l’entreprise vers l’export et la distribution dans les années 70, les produits frais à partir de 1995. « Ma mission est de consolider ce développement, explique Loïc. Mon orientation, d’accroître la présence de la marque et de diversifier sa diffusion, dans les magasins régionaux, la restauration, etc. », citant en exemple le récent lancement du sandwich au pâté Hénaff avec Daunat.

Mais sa réussite est aussi cimentée par une vision partagée. « Il a hérité de son père la notion de management de l’entreprise avec des valeurs humaines », estime ainsi Frédérick Bourget.

Cent sept ans après sa création, l’éthique du fondateur, mû par la volonté d’associer sa région à sa réussite, est toujours vivante : le secret de la longévité.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA