Plusieurs magasins pillés en Tunisie

|

Plusieurs magasins d’enseignes françaises ont subi pillages et incendies en Tunisie, suite aux événements qui secouent le pays. En milieu de semaine dernière et le week end du 15-16 janvier, Carrefour (43 supermarchés, 1 hyper) a déploré plusieurs pillages à Gafsa (sud-ouest du pays), Nabeul (nord est) ou Gabès (sud-est), ainsi qu’à Tunis. « La moitié des supermarchés ont été touchés, confie-t-on chez Carrefour. Les autres ont pu fermer avant les événements et ils rouvrent progressivement quelques heures par jour, pour répondre aux besoins de la population. » Monoprix (71 points de vente) déplore aussi des magasins pillés ou incendiés à Bizerte (nord-est) et dans la capitale, de même que l’unique hypermarché Géant du pays, situé lui aussi dans la capitale du pays, gravement endommagé par un sinistre. Les auteurs de ces actes les expliqueraient notamment par le fait que les proches du président en fuite Ben Ali seraient associés à ces magasins. « Il n’existe aucun lien capitalistique ni de propriété entre Carrefour et la famille ou belle famille Ben Ali », réagit-on chez Carrefour, dont les magasins appartiennent à des franchisés via Utic, un groupe privé tunisien. De son côté, Casino a fait savoir que le Géant appartient aussi à un franchisé. Enfin, Monoprix , présent dans le pays depuis 1933, indique avoir un contrat de partenariat technique depuis 2009 avec le groupe local Mabrouk qui, au travers de la Société nouvelle maison de la ville de Tunis (SNMVT), exploite ces magasins. D’autres points de vente, comme ceux de la chaîne locale Magasin Général, ont également été la proie de pillages ces derniers jours.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations