Point S cible 600 points de vente aux Etats-Unis et 800 au Canada [INTERVIEW]

|

Christophe Rollet, directeur général de Point S, revient sur le déploiement de l’enseigne outre-Atlantique. Aux Etats-Unis, après un faux départ avec ITDG, Point S se rapproche désormais de Tire Factory. Tandis qu’au Canada, la collaboration se renforce avec Unimax.

Christophe Rollet, directeur général de Point S.
Christophe Rollet, directeur général de Point S.

La rédaction vous conseille

Opportunité de création d’entreprise

En partenariat avec Toute la franchise


POINT S

POINT S

60 000 € d’apport personnel

demande de documentation

LSA - Tire Factory devient votre nouveau master franchise aux Etats-Unis. Qu’en est-il de l’accord signé en 2011 avec ITDG ?

Christophe Rollet. Avec ITDG, le contrat a été arrêté il y a quelques mois. Quand nous rentrons dans un pays en master franchise, cela suppose que l’adhérent adopte nos couleurs et s’engage sur le développement de l’enseigne. Dans le cas ITDG, il s’agit davantage d’un groupement d’achats, avec des indépendants qui veulent conserver avant tout leur propre enseigne. Nous avons donc décidé d’arrêter notre partenariat d’un commun accord. Et comme il était important pour nous de rester aux Etats-Unis, nous avons entamé des discussions avec Tire Factory. Ce dernier a une vraie philosophie d’enseigne avec une connotation client.

LSA - Quels sont vos objectifs de maillage sur ce pays ?

CR. Pour couvrir correctement les Etats-Unis, le réseau doit atteindre 600 points de vente. Tire Factory se compose actuellement de plus de 200 points de vente, répartis dans 15 états de l’Ouest, pour un chiffre d’affaires de plus de 300 millions de dollars.

LSA - Et au Canada, Unimax renforce son partenariat avec Point S ?

CR. Cela fait deux ans que le groupe Unimax est notre master franchisé pour le Canada. Il est principalement implanté au Québec avec son enseigne Unipneu. Or, ce nom passe moins facilement dans les provinces anglophones que Point S. Ils ont aussi constaté le poids marketing fort de notre marque, entérinant leur décision de changer de nom. L’objectif de développement se monte à environ 800 points de vente. Et prochainement un animateur en charge du développement se rajoutera à l’équipe. A terme, Unimax espère aussi accéder à notre marque d’enseigne, mais nous devrons travailler nos gammes pour les adapter au pays. Nous avons créés un bureau à Boston, Point S North America, ainsi qu'une structure d'achats international, pour harmoniser nos marques et nos réseaux au niveau des achats. D'ailleurs, en Europe, nous allons à l'instar de la France, prendre des engagements de volume. 

LSA - En dehors de l’Amérique du Nord, d’autres ouvertures sont attendues ?

CR. D’autres pays se rajouteront dans notre développement après l’Amérique du Nord. Pour autant, nous prenons notre temps pour choisir les bons partenaires et nous implanter durablement dans le pays. Et les tractations se révèlent plus ou moins longues. Nous savons aussi saisir les opportunités, comme ce fut le cas en Afrique du Sud. Ce n’était pas un pays ciblé mais le déploiement de l’enseigne s’est fait relativement rapidement et aujourd’hui nous avons 40 points de vente. 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA