Marchés

Polémique : les perturbateurs endocriniens dans le collimateur

|

À quelques jours de la publication des conclusions de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens, l'UFC Que Choisir publie les résultats d'une étude sur la présence de ces ingrédients dans 66 produits cosmétiques. Les résultats l'inquiètent. Si elle ne résout pas la question de la dangerosité à long terme, elle soulève celle de la transparence des marques. « Sur le dentifrice Colgate Total, nos mesures ont révélé une teneur en triclosan susceptible d'effet sur la thyroïde. Quant au gel douche Water lily et oil de Nivea, nous y avons trouvé du propylparaben à une dose supérieure à la recommandation du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC). » L'association pose aussi la question de l'effet « cocktail » : si, utilisé seul, un produit ne contient pas de dose « dangereuse », la question est tout autre lorsqu'on en utilise plusieurs quotidiennement. L'UFC a demandé de « diligenter des recherches indépendantes » sur l'impact sur le long terme, ainsi qu'une plus grande transparence sur les étiquetages.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter