Marchés

Polémique : OGM, le retour... du débat

|

C’est peu de dire que l’étude du professeur Gilles-Éric Séralini, menée dans le plus grand secret et qui ferait apparaître des tumeurs sur des rats qui auraient été nourris avec des aliments contenant des OGM pendant deux ans, a frappé les esprits. Le Premier ministre est monté au créneau, le ministre de l’Agriculture également. Ils ont saisi l’Anses –l’Agence de sécurité sanitaire dirigée par Marc Mortureux– pour étudier… l’étude, voire en mener d’autres. Un flot de scientifiques anglo-saxons a rapidement porté le fer contre l’étude française. Le débat sur les OGM vat- il reprendre, comme dans les années 2000? Outre la révélation du scientifique anti-OGM avéré, il y a tout de même une bonne raison de trouver l’attitude des pouvoirs publics paradoxale. La culture des OGM en France est interdite, mais pas leur consommation via des produits importés ! On en trouve donc dans l’alimentation. Et juste avant l’élection présidentielle, l’ancien ministre Frédéric Lefebvre a publié un décret autorisant les mentions « nourri sans OGM» ou « sans OGM» que les autorités bloquaient depuis quatorze ans ! Du coup, le sans- OGM est en rayons: Carrefour propose déjà quelque 300 références.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter