Marchés

Pour l’Ania, la grande distribution "étrangle" les entreprises d’agroalimentaire

|

Jean-René Buisson, président de l’Ania remet sur le devant de la scène le débat de la réforme de la LME. Dans un contexte de fin de négociations commerciales très tendues, le porte-parole des industriels appelle François Hollande à respecter son engagement de campagne en mettant tout en œuvre pour que soit appliquée une lecture stricte de la loi dans le cadre de ces négociations.

Jean-René Buisson ANIA 2013

"Cela fait bien trop longtemps que les distributeurs agissent impunément, tempête Jean-René Buisson. En 2012, ce sont près de 5.000 emplois qui ont disparu et cette année 5.000 autres disparaitront si les pouvoirs publics ne font rien de concret."

En cause, la non-prise en compte des hausses des matières premières, à l’exemple du lait, dans les discussions entre distributeurs et fournisseurs : "Il est temps que les distributeurs prennent leurs responsabilités et acceptent de payer le juste prix des produits. S’ils n’en prennent pas conscience eux-mêmes, il va falloir les y contraindre. Pour cela, la LME doit être amendée sur certains points", explique le patron de l’Ania. Avant de conclure par des accusations directes envers les distributeurs, "sans exception" dans la manière dont s’est déroulée cette période toujours délicate : "Refus systématiques et généralisés des tarifs des industriels, aucune contrepartie aux réductions de prix, aucun engagement des enseignes, et des pressions psychologiques et économiques scandaleuses…"

Ne reste plus qu’au gouvernement et aux distributeurs d’y apporter une réponse.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter