Pour l’Ania, la loi n’est pas respectée et des négociations commerciales sont toujours en cours

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Selon un communiqué de l’Ania daté du 3 mars, les négociations commerciales 2017 qui auraient dû prendre fin au 1er mars à minuit se poursuivent pour de nombreuses entreprises agroalimentaires.  

L’Ania dénonce «le comportement des centrales d’achat et des enseignes de la grande distribution qui négocient leurs tarifs sur une base déflationniste"
L’Ania dénonce «le comportement des centrales d’achat et des enseignes de la grande distribution qui négocient leurs tarifs sur une base déflationniste"©GETTY IMAGES/CAIAIMAGE

Alors que les négociations commerciales auraient dû prendre fin au 1er mars à minuit, il apparaît, selon l'Association Nationale des Industries Alimentaires, que de nombreuses entreprises ne parviennent pas à un accord avec leurs clients de la grande distribution. «Aujourd’hui, de nombreux fournisseurs n’ont toujours pas trouvé d’accord avec certaines centrales d’achats. La demande de baisse de tarif reste générale, excessive et déconnectée de la réalité économique du secteur. La recherche obstinée et systématique du prix le plus bas dévoie la nature de la relation commerciale», alerte Jean-Philippe Girard, Président de l’Ania.

"Une guerre des prix interminable"

Dans un communiqué, l’Ania dénonce « le comportement des centrales d’achat et des enseignes de la grande distribution qui négocient leurs tarifs sur une base déflationniste, niant la hausse très importante des prix des matières premières agricoles à laquelle sont confrontées de très nombreux fournisseurs agroalimentaires ». L’Ania avait d’ailleurs alerté à plusieurs reprises sur la montée significative du coût des matières premières et appelé la grande distribution à la raison. Certaines assignées par les pouvoirs publics et toutes enfermées avec entêtement dans une guerre des prix interminable et destructrice de valeur, les enseignes de la grande distribution s’obstinent à ne pas prendre en considération le contexte économique de leurs fournisseurs.

 "Un plan d’affaires"

"Il est urgent que les négociations commerciales se réorientent vers un cadre plus responsable en prenant en compte les hausses de matières premières agricoles dans la construction du prix. La négociation doit porter sur le produit et un plan d’affaires clair sur la base des réalités économiques des entreprises», rappelle une nouvelle fois Jean-Philippe Girard.

Avant d’ajouter : « Malgré les déclarations de bonnes intentions sous forme de charte non appliquée, malgré la multiplication des assignations et des condamnations par les pouvoirs publics, les comportements abusifs des centrales d’achats et des enseignes persistent". Un bilan plus complet des négociations commerciales 2017 sera publié par l’Ania d’ici le 10 mars 2017.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA