Lubomira Rochet : "Pour L’Oréal, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée sont des avantages compétitifs"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Un an après le rachat de Modiface, L’Oréal dévoile ses ambitions en matière de beauty tech et présente ses services basés sur la réalité augmentée et l’intelligence artificielle.

L'Oréal a déjà développé plus de 70 services digitaux via ses sites internet, ses applications mobiles ou les réseaux sociaux.
L'Oréal a déjà développé plus de 70 services digitaux via ses sites internet, ses applications mobiles ou les réseaux sociaux.© L'Oréal

« Nous nous mettons en ordre de marche pour devenir les champions et les leaders de la beauty tech de demain », avait prévenu Jean-Paul Agon lors de ces vœux à la presse en janvier dernier. Et cela passe par la mise en place de services digitaux via des applications mobiles, des sites internet, des réseaux sociaux ou des tablettes en magasin. Le développement de ces services s’est accéléré depuis la création de l’application mobile Makeup Genius de L’Oréal Paris en 2014. Elle permettait d’essayer virtuellement des produits de maquillage de la marque grâce à la réalité augmentée. Depuis divers sites et marques du groupe propose des services similaires comme Yves Saint-Laurent ou Maybelline New-York dans ses boutiques chinoises,  Nyx via Facebook aux Etats-Unis, Lancôme en France via son site Internet… « Aujourd’hui, nous proposons plus de 70 services digitaux à travers nos marques », explique Lubomira Rochet, chief digital officer (CDO) de L’Oréal. Et si ces services peuvent sembler un peu gadget, ce ne serait pas le cas : « En moyenne, les consommateurs passent deux fois plus de temps sur un site quand un service est présent et le taux de conversion est multiplié par 2,5. C’est très significatif », souligne Lubomira Rochet.

Diagnostic de peau via un selfie

Plus que l’essayage virtuel, L’Oréal développe maintenant des services digitaux axés sur le conseil. Le dernier en date se nomme SkinConsult et permet de réaliser un diagnostic de peau. A partir d’un selfie, il analyse sept signes du vieillissement de la peau : rides sous les yeux, manque de fermeté, ridules, manque d’éclat, tâches pigmentaires, rides profondes et aspect des pores. Cela lui permet d’établir les "forces" de la peau et les signes sur lesquels la consommatrice devrait "traiter" en priorité grâce notamment aux produits conseillés par SkinConsult. Pour établir le diagnostic, l’algorithme au cœur de la technologie SkinConsult a été entraîné à l’aide de 6 000 images cliniques issues des évaluations et des études menées par les équipes de L’Oréal Recherche et Innovation et publié dans les Atlas du Vieillissement Cutané. Ensuite, il a été testé sur plus de 4 500 selfies pour trois populations de femmes (asiatique, caucasienne et afro-américaine) et ce, dans 4 conditions d’éclairage différentes. « Dans 95% des cas, SkinConsult réalise le même diagnostic que des dermatologues et dans 50% des cas, il est même meilleur », précise Lubomira Rochet. SkinConsult est proposé par la marque Vichy au Canada sur son site internet. Le service sera aussi testé par la marque de dermocosmétique en France à partir de l’été pour être pleinement opérationnel au second semestre. Le service est aussi testé depuis décembre dernier par L’Oréal Paris en Chine via la plateforme T-mall.

Intelligence artificielle

SkinConsult a été développée par ModiFace, le spécialiste de l’intelligence artificielle et de la réalité augmentée appliquées à la beauté que L’Oréal a racheté l’an passé. « ModiFace a été la première tech company qui a été acquise par le groupe. C’était à la fois très nouveau et très excitant et nous sommes heureux car aujourd’hui, Modiface est complètement intégré dans l’écosystème l’oréalien. La société travaille avec la recherche et avec nos 36 marques à travers le monde », se réjouit Lubomira Rochet. Et L’Oréal reste ouvert à d’autres acquisitions. « Clairement, si on a une opportunité qui fait du sens alors on la saisira, confie Lubomira Rochet. Nous pensons que la réalité augmentée et l’intelligence artificielle sont des avantages compétitifs importants. » Et cela ne touche pas que les services. « Aujourd’hui, nous développons nos formules avec l’intelligence artificielle. Elle nous permet de modéliser les actions des formules », explique Jacques Playe, chief technology officer (CTO) du département Recherche et Innovation de L’Oréal. « L’intelligence artificielle nous permet aussi de modéliser les achats médias ou encore de détecter les tendances. Dans un monde où le time-to-market se réduit, il est important de capter les signaux même faibles pour sortir les produits qui correspondent aux attentes des consommateurs. La prévision de la demande est clef », conclut Lubomira Rochet.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA