Pour Michel-Edouard Leclerc, « la transition alimentaire n'est pas nouvelle, mais elle s'accélère »

|

Invité pour le discours de clôture du premier Forum LSA de la transition alimentaire, qui s'est tenu le 4 décembre 2019, Michel-Edouard Leclerc a indiqué que le monde alimentaire est en transition depuis déjà de nombreuses années. En revanche, il stipule devoir s'adapter continuellement aux nouvelles attentes des consommateurs en développement une offre pour y répondre.

Michel- Edouard Leclerc, président des centres E.Leclerc
Michel- Edouard Leclerc, président des centres E.Leclerc©Sylvie Humbert

« L'évolution des modes de consommation n'est pas nouveau et le militantisme existe depuis longtemps », indique Michel-Edouard Leclerc, président des centres E. Leclerc, invité à clore le premier Forum LSA sur la transition alimentaire. Si il explique que les filières Carrefour datent de plus de 30 ans, que le local, la marque Reflets de France et le bio aussi, il avoue cependant qu'on assiste à des coups d'accélération. Tout en nuançant : « On parle végan, flexitarisme et végétal mais le meilleur lancement de l'année reste les biscuits Nutella. La croissance est également plus importante sur le snacking que sur le bio ».

Le consommateurs doit rester maitre de son choix

Etant conscient de l'évolution des comportements qui touche l'alimentaire, il explique devoir réagir. « Les demandes s'expriment et il faut y répondre. En tant que distributeur, je dois offrir les moyens aux consommateurs de faire leurs choix », indique-t-il.
Concernant la responsabilité du distributeur, il est catégorique : « Doit-on censurer notre offre pour faire le choix à la place du consommateur ? Non. On ne vend pas uniquement ce qu'on aime. Ce n'est pas à moi de censurer le Nutella, c'est aux consommateurs de prendre ses engagements ». Selon lui, il ne doit donc pas apporter une seule réponse à la transformation du modèle mais plusieurs afin de satisfaire l'ensemble de ses consommateurs.

« Pour le Nutri-score, nous demandons l'aide des industriels »

Mais il ne nie cependant pas son rôle de responsabilité. « Il faut apporter des preuves, sinon c'est juste des effets d'annonce ». Ainsi, il indique travailler pour mettre en place, à partir du 1er janvier 2020, un système d'étiquetage pour informer le consommateur sur l'origine des principaux ingrédients qui rentrent dans la composition des produits. Dans un premier temps, ces informations concerneront la MDD de l'enseigne sur le drive. « C'est un gros chantier car il faut revoir le cahier des charges des fournisseurs et changer les modes d'approvisionnements pour tracer à la source. Cela paraît simple mais c'est technique », détaille Michel-Edouard Leclerc. Il y a quelques jours, Intermarché avait annoncé lancer un logo le Franco-score qui a pour but d'indiquer la part de l'approvisionnement français dans les produit. « Je veux voir plus large. Les consommateurs veulent de la traçabilité et pas uniquement sur le made in France », ajoute-t-il. Par ailleurs, Michel-Edouard Leclerc a indiqué être désormais favorable à l'application du Nutri-score, le logo nutritionnel. « On avait notre propre logo mais aujourd'hui, les pouvoirs publics et de nombreuses instances préconisent ce système donc on y va. Notre MDD sera concernée et pour les marques nationales, nous demandons l'aide des industriels pour qu'ils nous fournissent les données. Ceux qui ne voudront pas nous suivre devrons assumer leurs responsabilité mais ça n'est pas à moi d'endosser ce rôle ».
Enfin, sur les Etats généraux de l'alimentation, Michel-Edouard Leclerc reste nuancé. « Cela a eu le mérite de commencer la réécriture d'une histoire ou tout le monde peut se raccrocher. Mais il ne faut pas uniquement se focaliser sur le ruissellement. Faire grimper le modèle qualitatif de l'alimentaire peut se faire de différentes manières », détaille-t-il. Il indique être donc favorable à valoriser les efforts des industriels mais dans le cas d'initiatives concrètes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message