Marchés

"Pour une République de citoyens entrepreneurs!", le livre de Dominique Amirault (Feef)

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Engagé depuis 30 ans dans plusieurs aventures entrepreneuriales, Dominique Amirault publie ce 8 mars 2017 son premier ouvrage. Intitulé «Pour une République de citoyens entrepreneurs!», le livre s’articule sous la forme d’un échange dynamique de questions-réponses avec Nicolas Doze, journaliste économique à BFM TV.

Dominique Amirault

C’est parce qu’il en avait assez que des non entrepreneurs prennent la parole ou écrivent sur les entrepreneurs que Dominique Amirault, président de la FEEF (fédération de PME) depuis mars 2012, a entrepris de s’exprimer à son tour sur un sujet qu’il connaît bien. Ce livre, «Pour une République de citoyens entrepreneurs !», est le fruit d’expériences personnelles et collectives : « c’est en faisant qu’on devient sachant (= savoir-faire) et qu’on est donc porteur de solutions », explique Dominique Amirault. Légitimement, il a eu le besoin de le faire savoir. Pour lui, la solution est humaniste : c’est la libération des hommes de toutes leurs tutelles et contraintes pour pouvoir s’épanouir, s’accomplir et se développer. Cette solution passe par la libération de 3 niveaux de relations humaines : libération des hommes dans l’entreprise ; libération des relations commerciales ; et libération des relations politiques et citoyennes. Voici des extraits du communiqué de presse pour le lancement de ce livre..

Libération des hommes dans l’entreprise

L’entreprise est la communauté dans laquelle l’Homme passe le plus clair de son temps, y développe une activité et des liens sociaux. Ainsi, dans l’entreprise, lieu de création de richesses, il est crucial de répondre à la profonde aspiration à plus d’autonomie, d’indépendance et de responsabilité, donc satisfaire au besoin de confiance et de reconnaissance des équipes. L’entrepreneur le fait en étant complètement impliqué auprès de ses collaborateurs. Comme eux, « il met les mains dans le cambouis ». Avec eux, « il ne patronne pas, il entreprend ». La libération de l’entreprise passe par le dialogue collaboratif, le partage et la co-construction. Dans ce cadre, la communauté humaine de l’entreprise est capable de prendre en main elle-même son destin pour s’adapter à son propre environnement et assurer sa pérennité ainsi que celle de ses emplois. Les règles s’établissent de bas en haut, selon le principe de subsidiarité, dans une dynamique ascendante. Finalement, la communauté humaine de l’entreprise est l’école de l’apprentissage pratique de la citoyenneté et de la démocratie sur le terrain.

Libérer les relations commerciales

Fort de son expérience de Président d’un collectif d’Entrepreneurs PME Indépendants (EPI) investis dans la relation client, notamment avec la Distribution, Dominique Amirault propose de réinventer la relation commerciale pour créer de la valeur ensemble. Le commerce est une affaire d’hommes, il faut donc, là également, développer l’approche collaborative, c’est-à-dire non conflictuelle. Ce renouveau de la relation commerciale passe parallèlement par la voie contractuelle et non par la loi (exemple des accords sur le discernement PME signés entre la FEEF et les enseignes).

Néanmoins, une difficulté demeure : c’est le dérèglement du marché et de la concurrence qui déséquilibre les relations commerciales du fait des concentrations, en amont comme en aval. Dans ce contexte, la loi du plus fort s’impose progressivement au détriment des entrepreneurs PME. Il faut tenir compte des spécificités de ces derniers qui ne peuvent pas être traités de la même manière que les groupes mondialisés. Les premiers répondent à une logique humaine et sociétale alors que les seconds sont des institutions qui sont dans une logique financière et de domination commerciale.

Cette domination détruit la diversité, les différences, le pluralisme et empêche donc la régénération du tissu économique et social. D’où la nécessité de reconnaître un principe de différenciation qui seul permet une égalité réelle dans les faits. Dominique Amirault plaide pour la reconnaissance de ce principe dans la Constitution. Aussi, pour que la concurrence soit saine, émulatrice et à armes égales, il faut qu’enfin les autorités remplissent réellement leur rôle et qu’elles cessent de laisser-faire dans une quasi connivence. Pour retrouver les accords passés entre la FEEF et les enseignes, cliquez ici

Libérer les relations politiques et citoyennes dans la cité

Dominique Amirault constate également un accaparement du pouvoir par une élite qui ne se renouvelle pas. Il dénonce un système représentatif à bout de souffle et déconnecté, qui ne sait que produire des règlements et de la bureaucratie, sans tenir compte de l’équilibre dans la gestion des finances publiques. Il existe cependant des voies de progrès pour permettre le renouvellement politique, notamment l’interdiction du cumul des mandats et des rémunérations correspondantes. C’est la condition pour s’imposer la simplification administrative en faisant confiance aux citoyens et à leur capacité à contractualiser les règles. De la même manière, il est indispensable de confier la gestion des sujets d’intérêt général, comme notre modèle social (retraites, chômage,...), à la responsabilité directe des citoyens et des politiques (avec l’Etat). Cela implique notamment une rénovation complète du paritarisme à la française. Rappelons que le syndicalisme n’a pas pour vocation à se substituer aux citoyens.

En outre, pour Dominique Amirault, chaque citoyen a un droit d’expérimenter, d’explorer des voies nouvelles, fondement de la liberté d’entreprendre : « Les citoyens ont un savoir réel, souvent sous-exploité car, justement, ils n’ont pas eu l’opportunité d’exercer le pouvoir ». Il s’agit d’encourager les démarches de progrès, à l’image des engagements RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), tels que ceux portés par la marque label ENTREPRENEURS+ENGAGES. C’est en cela que les citoyens entrepreneurs impulsent une dynamique d’amélioration en continu. Dès lors que la première richesse c’est l’Homme, l’emploi est une priorité. En effet, l’emploi est non seulement un moyen de subsistance mais aussi de reconnaissance des êtres humains dans leur dignité et leur intégration dans la société. Et c’est tout simplement éviter le gaspillage insupportable du gisement que constitue la richesse humaine.

Une fois que la libération a eu lieu dans l’entreprise, dans les relations commerciales et dans la Cité, l’émergence des citoyens entrepreneurs est enfin possible. La voie vers une société libérée et entreprenante est toute tracée ! Pour l’auteur, « on est tous citoyens et entrepreneurs » : citoyen en participant aux décisions, entrepreneur en construisant avec les autres. Le citoyen entrepreneur est donc celui qui crée de la valeur, de la richesse pour son bien-être personnel et pour la société.

C’est pourquoi, « en tout homme, il y a un entrepreneur qui sommeille ! [...] On est tous entrepreneurs d’un projet quel qu’il soit. [...] L’homme : la fenêtre ouverte sur le monde, source d’espérance, d’opportunités et de progrès ». En un mot, c’est le réveil citoyen ! Il n’y a plus de raison d’être « décliniste », ni populiste. Au contraire, soyons optimistes, car oui les opportunités existent !

Dominique Amirault le rappelle pour conclure : « nous portons en nous les germes de la renaissance. Appuyons-nous sur les Hommes, ce gisement inépuisable de valeur, faisons-leur confiance. Tous, citoyens entrepreneurs, soyez prêts à entreprendre, à prendre en main votre destin et à être les parties prenantes de votre renaissance ! ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA