Pour Walmart "le leadership mondial" se joue en Asie

|

Edouard-Nicolas Dubar, fondateur de Headlight International France, cabinet de recrutement de dirigeants spécialisé dans la distribution, livre pour LSA ses impressions en direct du World Retail Congress, qui se termine le 27 mars à Singapour. Pour la dernière journée de conférences et débats, le PDG Asie de Walmart et le PDG de Tesco Corée sont revenus sur leurs enjeux.

Scott Price, PDG de Walmart Asie.
Scott Price, PDG de Walmart Asie.© DR

Walmart : « Nous voulons être le n°1 sur les différents formats de magasins. »

« Nous avons pleinement conscience que l’Asie constitue le premier marché de la distribution à très court terme, avec un potentiel de croissance qui n’existe plus dans les pays développé. Le leadership mondial entre les enseignes de magasins ou digitales se joue ici et maintenant. »


« Nous voulons être le n°1 sur les différents formats de magasins. Nous avons quatre formats en Chine avec 400 magasins, 430 au Japon et une vingtaine en Inde en Cash & Carry. Nous savons gérer des attentes des consommateurs différentes selon les marchés. 50 % des Chinois ne recherchent que le prix le plus bas contre 37 % au Japon.


« Notre développement repose sur 3 axes : Sam’s Club, avec une dizaine d’entrepôts sur abonnement dans 8 villes avec déjà 1,1 millions de membres cotisants, la MDD, en nous appuyant sur le savoir-faire de notre enseigne britannique Asda, et l’e-commerce avec notre plateforme Yihaodian, qui compte déjà 24 millions de clients. »
Scott Price, PDG de Wal-Mart Asie

Tesco : priorité à la technologie

« Nous voulons être plus connectés, moins chers, plus personnalisés et plus innovants en cherchant d’être à la pointe des ruptures technologiques. Nos clients recherchent le distributeur le plus dynamique et le plus moderne. »
Dr SH LEE, PDG de Tesco Corée

 

L’analyse d’Edouard-Nicolas Dubar: La surprenante variété des modèles de distribution en Asie

Alors que le Wolrd Retail Congress de Singapour touche à sa fin aujourd’hui, après deux jours de conférences, la variété des stratégies à succès a de quoi surprendre. Là, où Walmart, comme Carrefour, et Auchan, misent avant tout sur leur savoir-faire traditionnel de distributeur – non sans succès d’ailleurs – d’autres ne jurent que par le e-commerce, quand ce n’est pas le m-commerce. Le patron de Tesco en Corée, où le taux de pénétration des smartphones n’a rien à envier à l’Occident, a été très clair sur ce point: il veut "être à la pointe des ruptures technologiques".

La dimension du marché de la Chine, ce pays continent, en fait un terrain d’expérimentation à part. Les acteurs de la distribution y forment un melting pot étonnant de sociétés nouvelles et anciennes, où se confondent indépendants, coopératives, franchises, partenariats, enseignes locales, régionales et globales, grands magasins, pure player, etc. La start up californienne Uber, dont le PDG Asie a participé au WRC, est une remarquable source d’inspiration à ce titre. Avec 80 villes de 33 pays couvertes en trois ans, elle construit son leadership par la qualité de service avec la volonté d’enchanter ses clients, de les valoriser. Exactement comme Amazon l’a fait en attirant sur une offre moderne, tout en rassurant par un service impeccable. En effet, Uber a fait le choix du tout mobile pour accélérer au maximum son développement.

Aucun doute. La variété des expériences qui ont lieu en ce moment en Asie sera une source d’inspiration majeure dans les années à venir, y compris pour les sociétés affectées par la crise des marchés matures.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations