Pourquoi Coop Atlantique rejoint Système U

|

À compter du 1er janvier 2012, Coop Atlantique, qui a dénoncé son partenariat le liant à Carrefour, rejoindra Système U. Une décision somme toute logique, mais qui ne va pas sans difficultés.

Loïc Pelletier, président du directoire de Coop Atlantique, annonce 687 millions d'euros TTC de chiffre d'affaires pour 2009.
Loïc Pelletier, président du directoire de Coop Atlantique, annonce 687 millions d'euros TTC de chiffre d'affaires pour 2009.© DR

C'est ce qu'on appelle un joli coup. Système U, en signant un accord avec Coop Atlantique (7 hypers et 31 supers, plus de 200 magasins de proximité), effectif à partir du 1er janvier 2012, devrait gagner entre 0,5 et 0,6 point de part de marché. A contrario, on peut légitimement en conclure que c'est une bien mauvaise nouvelle pour Carrefour, même s'il s'en défend : « Le non-renouvellement du contrat d'affiliation n'aura pas d'impact économique significatif en termes de chiffre d'affaires ou de résultat », laisse-t-il entendre. Les différends opposant Coop Atlantique et Carrefour sont anciens, et connus, avec, comme point clé, la question de la transparence des relations (LSA n° 2176). Et c'est justement sur ce dernier point que Système U a remporté la mise. « Coop Atlantique a avec Carrefour des relations de franchisé à franchiseur, quand Système U lui apporte un modèle de coopération d'égal à égal », explique un observateur.

Coop Atlantique, coopérative de consommateurs, semble en effet devoir se marier plus facilement avec une coopérative de commerçants qu'avec un groupe coté. Ce qui, pour autant, ne signifiait pas de facto la victoire de Système U. Leclerc, bien implanté dans la région, aurait pu aussi bien faire l'affaire. Mais le monde des Coop est petit. Système U, en 2009, avait rallié Coop de Normandie-Picardie, jusqu'alors affilié à Casino. La même année, Leclerc « chipait » Coop d'Alsace à Provera. Deux cas d'école avec une première année difficile, marquée par des changements d'enseigne et de culture à faire passer en interne comme auprès des clients. Reste que les Normands s'en sortent mieux que les Alsaciens.

 

 

Des résultats mitigés

En 2009, le chiffre d'affaires de Coop de Normandie a baissé de 6,9 % hors carburants, à 859 millions d'euros. Mais, dans le détail, si les Hyper U ont chuté de 9,8 % (contre - 1,6 % entre 2007 et 2008, dernière année chez Géant Casino), les Super U se sont bien comportés : + 6,3 % (contre + 3,8 %).

Si le bilan 2010 ne sera dévoilé qu'en juin prochain, le syndicat FO-Coop, dans son compte rendu de réunion paritaire nationale de la Fédération nationale des coopératives de consommateurs, le mois dernier, évoque toutefois « quelques clignotants favorables sur les hypers et supers U ».

Chez Coop Alsace, le même syndicat parle plutôt, pour cette année 2010, « d'énormes difficultés » et d'un « sérieux contrecoup suite au contrat réalisé avec Leclerc ». En cause, des menaces de fermetures planant sur trente magasins, essentiellement des Point Coop, jugés « insuffisamment rentables », selon le journal DNA. Pas de quoi inciter à en prendre exemple, même si ces mauvais résultats sont surtout dus à des problèmes internes, antérieurs à l'arrivée de Leclerc.

Les tâtonnements de ces deux coopératives, à l'occasion de leur changement de partenaire, laissent augurer de mois délicats pour Coop Atlantique. La migration vers les enseignes U ne sera pas aisée. Il convient d'organiser la sortie du giron Carrefour : les deux groupes ont encore neuf mois à vivre ensemble, et le cas des huit Ed n'est ainsi pas encore tranché, de même que celui des six hypers détenus à parité au sein de CarCoop. Et même entre Coop Atlantique et Système U, tout n'est pas cousu de fil blanc : il y aura quelques doublons à régler.

La jolie prise de Système U

-Les U anticipent un gain de 0,5 à 0,6 point de part de marché : soit de quoi venir s'approcher de la barre des 10%.

-Un signe très positif envoyé à tous les indépendants qui souhaiteraient changer d'enseigne.

-Quelques cas de doublons à prévoir, toutefois, entre les Super U déjà affiliés et ceux qui vont arriver.

Une décision courageuse pour Coop Atlantique

Deux ans après avoir engagé le transfert de Champion vers Carrefour Market, les supers de la coopérative vont encore changer d'enseigne pour devenir Super U : beaucoup de travaux et d'investissements en très peu de temps. Les cas des huit magasins Ed et des six hypers détenus à 50/50 avec Carrefour au sein de CarCoop ne sont pas encore tranchés.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2177

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres