Marchés

Pourquoi FIFA commence à s'essouffler

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Vendue à 4,5 millions d'exemplaires en cinq jours, la version 2013 de Fifa (sortie fin 2012) a peut-être mis la barre trop haut. Les premiers chiffres qui viennent d'Angleterre, plus gros marché européen du jeu vidéo, montre une inversion de tendance. Il se serait vendu 840 000 Fifa 14 lors des cinq premiers jours de vente. Moins bien que les versions 2013 (1,1 million) et même 2012 (870 000). En France, la tendance serait la même. Selon Gamekult, ce sont 350 000 jeux qui se seraient vendus en une semaine, contre 450 000 un an plus tôt. Deux explications peuvent être fournies : la première est celle du calendrier.

Sorti le 26 septembre, le jeu a pâti de la concurrence de GTA V sorti neuf jours plus tôt. Or, entre un jeu qui ne revient que tous les cinq ans (GTA) et un titre qu'on retrouve chaque année (Fifa), les joueurs n'ont pas hésité. Et c'est ce qui nous conduit au second argument, celui de l'usure. Le modèle économique « collection de mode » des jeux de sport ne commencerait-il pas à s'essouffler ? Surtout quand la collection ressemble beaucoup à celle de la saison précédente. Certes, les éditeurs capitalisent sur les transferts ou les changements de maillot pour justifier la mise à jour. Suffisant pour débourser 70 € chaque année ? Pas certain.

 

Découvrez la nouvelle version FIFA  spéciale coupe du monde 2014

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA