Marchés

Pourquoi le jeu vidéo ne va pas aussi bien que ce qu’il dit

|

Après des années de baisse, la nouvelle génération de consoles (PS4, Wii U, XBox One...) a permis au secteur du jeu vidéo de repartir à la hausse en 2014. Mais la croissance est au final assez timide. Explications.

Consoles huitième génération

L’optimisme est de mise dans le jeu vidéo. Le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (le Sell) a communiqué ce mardi 10 février 2015 les chiffres du marché français. Et après des années de baisse, ils ont voulu souligner le retour de la croissance. Le chiffre d’affaires généré en 2014 par les ventes de consoles, de jeux (dématérialisé inclus) et d’accessoires s’est établi à 2,7 milliards d’euros en hausse de 3%. Si on retire le dématérialisé -à savoir tous les types de téléchargements sur consoles, smartphones et PC, la croissance n’aura été cependant que de 1% en 2014 à 1,9 milliard d’euros.

Une croissance timide

Après des années de vache maigre liées à la fin de la génération précédente de console, on pourrait s’en contenter. D’ailleurs, le Sell a tendance à s’en réjouir : « L’adoption des joueurs pour la nouvelle génération de consoles est plus forte que prévu », assure Jean-Claude Ghinozzi, le président du syndicat du jeu vidéo (et directeur division retail sales et marketing de Microsoft France). Les ventes de consoles de génération 8 (PS4, Xbox One, Wii U, 3DS…) ont largement surpassé cette année celles de la génération 7 (PS3, Wii, Xbox 360..) avec 2,23 millions d’unités vendues contre 427 000 pour les secondes. Le chiffre d’affaires généré par les seules ventes de consoles a progressé de 24% à 758 millions d’euros. Ce qui est tout à fait normal à ce moment-là du cycle. C’est le contraire qui serait inquiétant.


Des motifs d’inquiétude, il y en a malgré tout. D’abord il faut se rappeler qu’il y a quelques mois, le Sell et GfK projetaient pour l’année 2014 une croissance de 14% avec un marché de 2,9 milliards d’euros. Si l’on en juge les chiffres communiqués ce matin, il semble qu’on en est loin… La faute, reconnait le Sell, aux nombreux reports de gros jeux de 2014 sur 2015. Ce ne serait qu’un décalage de calendrier. Le chiffre d’affaires généré par les ventes de jeux s’est en effet contracté sur l’année de 7% à 1,39 milliard d’euros. Nous verrons en 2015 s’il ne s’agissait que d’un problème de report de jeux…

Moins flamboyant qu'en 2007
 

Pour savoir s'il y a vraiment une panne, penchons-nous sur le cycle précédent. L’année 2014 est la première année complète où toutes les consoles de nouvelle génération sont disponibles. L’équivalent de 2014 pour la génération précédente serait donc l’année 2007. Or cette année-là, le marché français avait atteint 2,96 milliards d’euros de chiffre d’affaires en croissance de 52%. Pour rappel, la croissance a été de 3% cette année avec un chiffre d’affaires de 2,7 milliards. Sachant qu’en plus cette année, le jeu sur mobile -qui était quasiment inexistant il y a sept ans- a représenté 200 millions d’euros…


Au final le jeu vidéo donne l’impression d’un repli sur ses fans après la formidable ouverture de la génération précédente. Les gamers sont toujours voire de plus en plus enthousiastes (en témoignent les succès de blockbusters comme Fifa 15 vendu à 1,3 million d’exemplaires, Call of Duty à 909 000 ou GTA V à 593 000). Mais les « nouveaux joueurs » qui avaient permis à la génération précédente de crever le plafond semblent pour le moment faire défaut.

 


 

1 commentaire

Eric E.

10/02/2015 20h19 - Eric E.

disons que les jeux type "mmo" s'essoufflent peut-être car tous ont voulu imiter le leader (World of warcraft) et ont été délaissés par les joueurs au bout d'un moment qui sont retournée à "Wow". Par contre les simulations hyper réalistes comme le foot avec FIFA 15 sont un véritable phénomène depuis l'an dernier : voir une recension d'une des (nombreuses) moutures du jeu FIFA http://www.allezfrance.org/credits-fifa-street-2.html

A voir si le phénomène se confirme pour 2016

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter