Pourquoi les enfants aiment-ils les héros ?

|

Spider-Man, Cars, Barbie… Ces personnages accompagnentles enfants qui, parfois, leur vouent une véritable admiration, voire de la fascination. À la fois modèles et compagnons…

Spider-Man, le super-héros par excellence ! Interrogés début 2014 par le cabinet ABC+, les garçons français âgés de 3 à 14 ans le placent en tête de leurs héros préférés. Et ce quelle que soit leur tranche d’âge. Année après année, la cote d’amour de l’homme-araignée ne se dément pas chez les garçons qui le citent avant Cars, Batman et Iron Man. Pis, même les filles s’y mettent : « Si, dans l’ensemble, elles citent Barbie en tête devant Hello Kitty et Dora L’Exploratrice, pour les 12-14 ans, on retrouve Spider-Man en troisième position, derrière Violetta et Les Simpson », constate Charlotte Dupuis, directrice générale d’ABC+.

Pourquoi cet entichement pour l’homme-araignée et autres héros ? « Ils sont nécessaires aux enfants jusqu’à la fin de la crise d’adolescence, période après laquelle les jeunes se tournent davantage vers des modèles et des personnages “mentors”, comme les stars ou leurs pairs », observe Charlotte Dupuis. Chez les enfants, le rôle de ces héros est double : développer leur imagination et les aider à grandir. « Les histoires que raconte Disney, par exemple, permettent d’accompagner les enfants dans différents moments et situations de leur vie et dans différents groupes d’âge », analyse Jérôme Le Grand, senior vice-président retail et licensing chez Disney France.

Le règne de l’instantanéité

Ce jeu de transposition du réel et d’imagination devient un enjeu de plus en plus important face à la multiplication des écrans dans la vie des bambins. « Le rêve et le développement de l’imagination sont aujourd’hui en déficit chez les “digital natives” qui sont dans l’instantanéité, le tout, tout de suite », ­commente Charlotte Dupuis.

Mais pour faire rêver, le héros doit incarner certaines qualités. En priorité la justice, le courage et la force. Des valeurs universelles selon Anoush Kevorkian, directrice exécutive de Warner Bros Consumer Products : « Ce sont simplement des valeurs humaines. Les premiers “super­-héros” de l’enfant sont ses parents. Viennent ensuite le pompier, la maîtresse, Batman ou Superman : les enfants prennent en modèle des adultes bons et “aspirationnels”, car eux aussi veulent battre les méchants. » Et pour mettre la pâtée aux vilains, les héros ont besoin de certains attributs. Pour les parents, sondés par ABC+, il faut qu’ils aient des qualités morales, physiques, mais aussi des pouvoirs surnaturels.

Les enfants, eux, font une lecture très différente. « Pour eux, le héros doit d’abord posséder des accessoires spéciaux. Mais il a aussi une bande d’amis, une vie secrète, de la modestie et de l’intelligence », décrypte Charlotte Dupuis, d’ABC+. Des qualités que l’on retrouve chez les héros cités par les filles, comme Hello Kitty, leur deuxième personnage préféré après Barbie. « Elle est entourée de copains, et sa devise est “on n’a jamais trop d’amis”. De plus, on ignore encore quels pouvoirs recèle son fameux petit nœud rose », s’amuse Hubert Taïeb, directeur général adjoint de TF1 Entreprises, en charge de TF1 Licences.

Cependant, les différences de genre perdurent. « Ainsi, si ­Spider-Man est mentionné par les filles les plus âgées, aucun garçon ne cite d’héroïne », souligne Charlotte Dupuis. Les fillettes seraient-elles plus ouvertes que les garçonnets ? « En fait, les filles s’approprient les valeurs masculines parce qu’elles sont élevées comme des garçons. Les parents ont les mêmes exigences, et le message dit est : “Tu seras un homme, ma fille”. Pour cela, elles s’intéressent aux modèles de force, de courage et de pouvoir, qualités que l’on associe encore trop souvent à un univers masculin », explique Charlotte Dupuis.

Le charme de l’humour

Une donne qui, depuis l’arrivée des nouvelles Princesses Disney, comme Rebelle ou, plus récemment, La Reine des neiges, pourrait bien changer. « On voit déjà de plus en plus de garçons apprécier des personnages féminins, comme Harley Quinn via, notamment, les jeux vidéo », note Anoush Kevorkian, chez Warner, qui compte donner la part plus belle à ses super-héroïnes, telles Wonder Woman ou CatWoman dans ses prochains films.

Autre valeur en hausse, notamment pour les enfants plus âgés : l’humour. « Les élèves les plus appréciés à l’école sont les plus drôles, les bons en sport et les doués en classe. Mais quand on interroge les enfants, ils se voient davantage drôles qu’intelligents », expose Charlotte Dupuis. Et, logiquement, recherchent aussi cet humour dans leurs héros. Un registre qui compte Les Simpson, mais aussi Bob l’éponge, ou Les Tortues Ninja, « qui n’ont pas de super-pouvoirs à part être capables de parler, pratiquer des arts martiaux et… manger des pizzas », note Laurent Taieb, vice-président de Nickelodeon et Viacom Consumer Products France. Encore que, vu la quantité de pizzas que ces tortues ingurgitent, c’est, en effet, héroïque ! 

73% des parents estiment que les hérosaident à développer l’imaginationdes enfants

Source : ABC+

 

Les qualités humaines du héros devantses pouvoirs physiques

Les parents attachent une grande importance aux valeurs humaines des héros : les icônes de leurs enfants doivent d’abord être bonset gentils. Une approche très différente des enfants qui estimentque ce qui fait un héros est d’abord ses gadgets spéciaux,puis sa bande d’amis et le fait qu’il prenne des risques.

 

 

Les 3-5 ans se retrouvent sur Mickey

Si Mickey est cité par les filles comme par les garçons, les héros se divisent en fonction du sexe. Sans surprise, univers rose et féminin pour les miss. Apparition dès le plus jeune âge des super-héros chez les petits mâles.

Chez les 6-8 ans, Spider-man et Barbie en tête

Avec un écart de plus de 20 points, Spider-Man enfonce la concurrencechez les garçons. Côté filles, Barbie devance Monster High, autre propriété de Mattel, la Japonaise Hello Kitty et les Princesses Disney.

pour les 9-11 ans, les filles apportent du neuf

Si les préférences des garçons changent peu, à l’exception de l’arrivéede Superman dans le top 4, les filles citent Violetta en troisième place, propriété Disney la plus récente du classement.

 

les 12-14 ans, filles et garçons citent spider-man

Alors que les garçons restent centrés sur les super-héros, les filles sortent du genre et citent également deux héros masculins, Spider-Man et Superman. Les Simpson prennent, chez elles, la deuxième place… avec humour !

Si Spider-Man est cité en premier par tousles garçons, il arrive en troisième position chez les filles de 12 à 14 ans. En revanche, les garçons ne citent pas d’héroïne.

Charlotte Dupuis, directrice générale d’ABC+

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2350

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous