Pourquoi les licences transgénérationnelles plaisent-elles autant ?

|

Serait-ce dans les vieilles licences que l’on fait les meilleures ventes de produits dérivés ? A en croire l’actualité du marché du licensing, le côté transgénérationnel de certains héros est un atout de poids pour plaire aux parents, à la fois acheteurs et prescripteurs. A condition, bien sûr, que les enfants suivent…

Oui-Oui, licence gérée par France Télévisions Distribution, revient entièrement relooké et modernisé.
Oui-Oui, licence gérée par France Télévisions Distribution, revient entièrement relooké et modernisé.© France Télévisions Distribution

Nostalgie, nostalgie ! Le programme de sorties au cinéma ou en télévision pour 2017 risque fort de faire vibrer de nombreux parents : les Schtroumpfs, Boule et Bill, La Belle et la Bête, Oui-Oui, les Bisounours, Heidi, Maya l’Abeille, Marsupilami ou encore le désormais trentenaire Dragon Ball seront à l’honneur l’an prochain sur les petits et grands écrans français. Sans oublier, dans cette liste loin d’être exhaustives, le retour en force des super-héros Marvel et DC Comics et de Star Wars, pour la plus grande joie des quadragénaires… Pas de retraite pour les « vieux » héros !

Madeleines proustiennes…

"Il existe aujourd’hui un vrai engouement des consommateurs autour des licences transgénérationnelles. Les parents ont envie de transmettre à leurs enfants les personnages et les histoires qu’ils ont connus et appréciés quand ils étaient eux-mêmes enfant", explique Virginie Lopez, directrice marketing de l’agence de conseil en licensing Kazachok, qui organise le 6 décembre prochain à Paris la toute première édition de sa journée de conférences et de présentations Keynote des Marques by Kazachok.

Un phénomène qui s’explique notamment par l’actuel climat de morosité et d’incertitude : "études après études, on note que les consommateurs cherchent des valeurs « refuges » et se replient sur la famille et leurs cercles proches. Or, ces personnages font en quelque sorte partie de leur famille car ce sont avec eux que les adultes d’aujourd’hui se sont construits", poursuit Virginie Lopez. Autant de "madeleines de Proust" que les parents sont aujourd’hui ravis de revisiter et qu’ils souhaitent transmettre à leurs enfants.

… mais modernisées

Mais pour que la transmission prenne, encore faut-il réactualiser les contenus. "Souvent, les licences connues des parents reviennent avec un nouveau look, comme Oui-Oui désormais en baskets et doté d’une tablette, ou un traitement en 3D comme le prochain film des Schtroumpfs", explique Virginie Lopez. Mais attention à trouver le ton juste ! "Il faut à la fois que cette modernisation plaise à sa cible originelle, les anciens fans du héros devenus parents, mais aussi aux enfants d’aujourd’hui confrontés à un large choix de personnages et de séries", ajoute la responsable marketing de Kazachok.

La clé du succès ? "Il faut que le personnage ait un aspect émotionnel fort pour les deux cibles. C’est plus simple pour les licences ciblant les préscolaires car les parents ont un pouvoir de prescription et de transmission plus fort sur cette tranche d’âge. Après l’entrée en CP, les parents perdent de leur influence, le choix de l’enfant primant"», détaille Virginie Lopez. Un juste retour des choses !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message