Pourquoi les magasins de déco et meubles ne font plus rêver ?

|
Véronique Varlin, directrice de l’ObSoCo, souligne l’importance de la «?dimension émotionnelle de l’expérience en magasin?».
Véronique Varlin, directrice de l’ObSoCo, souligne l’importance de la «?dimension émotionnelle de l’expérience en magasin?».

Les fans d’ameublement et de déco resteraient-ils sur leur faim quand ils se rendent en magasin ? Oui, selon une étude réalisée par l’ObSoCo et l’IPEA auprès de 1 800 consommateurs ! En vrac, plusieurs enseignements témoignent de nombreuses insatisfactions comme autant d’occasions ratées sur un marché qui aurait pourtant bien besoin d’un regain de dynamis­me.

Ainsi, plus d’un tiers des visiteurs pointent le manque de disponibilité des vendeurs, et moins d’un visiteur sur deux confronté à une rupture de stock s’est vu offrir la possi­bilité de passer commande d’un produit équivalent. Pire, 37% achè­tent lorsqu’ils sont sur le lieu d’achat alors qu’ils ont préparé en amont leur visite (60% consultent le site web avant).

Essentielle notion de plaisir

Comment expliquer ce faible taux de transformation ? « Plusieurs raisons émergent, liste Véronique Varlin, directrice de l’ObSoCo. Le fait de ne pas avoir trouvé le produit, les prix trop élevés, le fait d’être mal reçu, la mauvaise ambiance, la non-disponibilité d’un produit… » Ceux qui achè­tent sont plutôt d’humeur enjouée. ­Ainsi, il faut être ­détendu pour passer à la caisse ! Plus de la moitié des sondés (52%) dont l’humeur est « amusée » cra­quent, sans avoir au préalable eu l’intention d’acheter. D’ailleurs, beaucoup (39%) vivent la visite d’un Ikea ou d’un But com­me une promenade. La notion de plaisir est donc primordiale. « Beaucoup ont oublié la dimension émotionnelle de l’expérien­ce en magasin, ajoute ­Véronique Varlin. Le rôle des vendeurs est primordial pour des achats qui peuvent être importants. Or, ils ont été un peu sacrifiés ces dernières années. »

Dommage, à un moment où les clients ont besoin de conseils et d’information. Une enseigne a pourtant compris cela : Ikea, où l’on se rend sans forcément avec une idée en tête et d’où on ressort avec quelques dizaines d’euros en moins. Le temple de l’achat coup de cœur. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2372

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message